Interview d’une étudiante : La neuropsychologie


Aujourd’hui, interview de Laura W., 25 ans, étudiante en Master 2 de neuropsychologie à l’UPJV (Amiens). 

1. Pourquoi avoir choisi la neuropsychologie ?

Je dirai que je suis tombée dans cette spécialité sans vraiment m’y attendre…! Quand je suis entrée en fac de psycho j’avais plutôt pour objectif de devenir psychologue clinicienne, donc de suivre un parcours clinique et de psychopathologie. Pendant ma licence j’ai découvert la neuropsychologie dont je n’avais jamais entendu parler avant, et c’est ce qui m’a le plus intéressé, surtout au niveau des cours, et voilà pourquoi en master 1 j’ai finalement pris cette voie, sans regret !

2. Quels sont les enseignements proposés dans ce type de master ?

Je crois que ça dépend beaucoup des facs. Je suis à Amiens et ma spécialité s’appelle « Psychologie, Handicaps et Déficiences » et les enseignements sont basés sur de la neuropsychologie (adulte et enfant) mais également du développement (normal et pathologique), en master 1 ces deux parcours sont confondus, c’est seulement en master 2 qu’on peut réellement se spécialiser même si les deux restent très liés.
En master 1, beaucoup de cours magistraux qui font de nouveau le tour de ce qui a été déja vu en licence, mais cette fois-ci de manière beaucoup plus approfondie, et également des travaux dirigés pour manipuler les tests (notamment en neuropsychologie).

3. Comment se passe l’insertion professionnelle/secteur d’activité visé ?

On commence à faire un stage obligatoire en master 1, celui-ci permet déjà de se faire une idée de la profession, c’est un stage d’observation mais la plupart des psychologues nous laissent pratiquer ! Je rentre en master 2 cette année et je suppose donc que le stage que je vais effectuer sera beaucoup plus professionnalisant que le précédent, il va falloir que j’apprenne à me débrouiller seule et à prendre les bonnes décisions. Je pense qu’à l’issue de ce stage j’en serais davantage capable.
Le secteur d’activité visé en neuropsychologie regroupe essentiellement les institutions telles que les centres hospitaliers, les maisons de retraite, les centres d’accueil pour les personnes handicapées,….Il est également possible d’exercer en libéral par exemple.

4. Pouvez-vous me parler de votre parcours professionnel ?

J’ai effectué un stage de 150 heures en master 1 en consultation mémoire dans un centre hospitalier. Il s’agit de faire des bilans neuropsychologiques à l’aide de tests, de les interpréter et donc d’aider au diagnostic que posera le médecin. Mes patients étaient essentiellement âgés et consultaient pour des troubles de la mémoire (des pathologies tels que la maladie d’Alzheimer par exemple).
Je commence mon stage de Master 2 fin octobre, je serais en centre d’accueil pour personnes handicapées moteurs lourds (pour des bilans et de la rééducation), ce centre comprend également une partie gériatrie pour accueillir des personnes de plus de 60 ans en réadaptation après une opération par exemple. Et deux jours par semaine je serais en maison de retraite pour des ateliers mémoire. Ce stage a l’air très complet !

5. Quels conseils pouvez-vous donner à de futurs étudiants en neuropsychologie ? (Qualités à avoir, compétences requises …)

Un conseil pour les futurs étudiants en neuropsychologie… oh je n’en ai pas qu’un seul ! Être curieux en stage, être studieux en cours… Avoir envie, et ne surtout pas baisser les bras sans avoir essayer et être à l’écoute, car même les critiques font avancer.

6. D’autres choses importantes à ajouter selon vous ?

En master 1 on subit beaucoup de pression, c’est une année difficile car il y a le stage et le mémoire en plus des cours et on a pas été préparé à ça en licence. Je pense qu’il faut s’organiser pour ne pas se laisser envahir par le travail, c’est tout à fait possible d’y arriver si on montre qu’on a envie.

Merci à cette étudiante d’avoir pris le temps de me répondre ! Si vous avez des questions à lui poser, vous pouvez le faire en commentaire !

Clémence

Advertisements

28 réflexions au sujet de « Interview d’une étudiante : La neuropsychologie »

  1. ça donne envie !
    Ce qui est dommage c’est que le titre de neuropsy fermes quelques portes :-s enfin, je sais pas, j’ai peut-être mal compris, on peut quand même travailler en tant que psychologue, clinicien par exemple ? Ou thérapeute ?

    (Je suis blonde et j’y comprend rien…. ce brouillon de titres from Pôle Emploi m’a perdu)

  2. Merci pour cette présentation. Je tiens simplement à ajouter qu’un Master de neuropsychologie forme des psychologues CLINICIENS spécialisés en neuropsychologie. Attention à l’emploi du terme « clinicien ». Les études de neuropsy abordent également les différents troubles d’apprentissage et handicaps cognitifs (troubles dys, TED, TDAH etc).

  3. Eléa tu as raison je me suis un peu mal exprimé dans la première question, neuropsychologue c’est psychologue clinicien avant toute chose. Et c’est exact pour les troubles d’apprentissage et handicaps cognitifs, c’est très varié difficile de faire le tout, après je crois que ça varie beaucoup en fonction du lieu où on exerce, j’ai rencontré des psys qui font beaucoup de clinique et d’autre qui se contentent de faire des bilans. Pour l’instant avec mon 1er stage je n’ai pas encore eu l’occasion d’aborder vraiment la partie « clinique ».
    MarieB donc non se spécialiser en neuropsycho ça ne ferme pas de porte, tu as le titre de psychologue et après tu en fait ce que tu veux, c’est juste que tu es davantage spécialisé en neuropsychologie 😉

  4. C’est aussi un domaine qui m’intéresse beaucoup. Je suis en pleine hésitation entre clinique, neuropsy, et victimo… Mais je pense que cette hésitation subsiste du fait que je ne connais pas suffisamment les modalités et les exercices de chaque filières.
    Mais j’ai cru comprendre que la Neuropsy laissait quand même un « large » choix de structures pour exercer. Et que nous sommes aussi formés pour exercer en libéral !
    Aaah ça ne m’arrange pas tout ça, toujours autant d’hésitations ^^

  5. Montagma renseigne toi car ça dépend aussi de ton approche. Il y a des fac où la filière clinique est très psychanalytique et ça ne convient pas à tout le monde ! Victimo il n’y a pas à Amiens mais ça m’aurait bien plu je crois !!

  6. Evidemment il n’y a pas de titre de psychologue, mais pour rebondir sur vos propos, après un master en psycho quel qu’il soit, on obtient le DE de psychologue, avec une mention (=spé) et ce diplôme permet d’exercer partout sauf que ce n’est pas très déontologique de se lancer dans la psycho du travail ou la psychopatho qd on a eut la mention neuro. Il est évident qu’une réorientation nécessite d’avoir des bases solides dans la spé pour une prise en charge optimale du patient. Sans vouloir jouer la moralisatrice 😉

  7. Bonsoir Laura, je me renseigne sur les différents master de neuropsychologie et j’ai une petite question, je suis en L3 spécialité psychologie cognitive et j’aimerais me lancer dans le Master Pro d’aix-en-provence intitulé « Neuropsychologie des perturbations cognitives  » qui est donc à « versant » cognitif.
    Je voulais donc savoir si le tien est à « versant » clinique ou cognitif et si la grande difficulté d’accéder en M2 est véritable ou il y a quand des chances ?
    Merci de ta réponse.

    • Les MASTER 2 en neuropsychologie sont différents selon les facs et il faut bien se renseigner lorsque l’on postule sur les programmes. Un « neuropsychologue » est avant tout un psychologue clinicien et une formation qui n’appuyerait pas sur le versant clinique serait une mauvaise formation selon moi.
      Attention à ce que l’on met derrière « clinique ». Ce n’est pas équivalent à psychanalyse, Freud etc .. La clinique signifie étymologiquement « qui a lieu au chevet du malade ». L’objet de la psychologie clinique est donc l’homme.La singularité de nos patients est insaisissable si nous réduisons notre pratique à l’administration de tests.

      Il ne me semble pas que le psychologue « strictement » clinicien utilise une clinique si différente du neuropsychologue. Comme ce dernier, son objet d’étude est l’homme dans sa singularité. La clinique m’apparaît une base commune à nos pratiques, transversale et constitutive des divers champs de la psychologie. Néanmoins, nos objectifs et nos référents théoriques diffèrent et c’est dans ce sens que nos pratiques forment une complémentarité.

      Il serait une grave erreur de réduire le neuropsychologue à un passeur de tests (pas besoin d’une formation en 5 ans pour ça !). Les tests ne sont que des outils et c’est le psychologue qui fait parler l’outil, et non l’inverse !

      Je me permets d’écrire un roman parce que l’accent est peu mis sur la clinique dans l’interview (et celle-ci est très intéressante!).

  8. Je souhaiterais savoir si on peut s’inscrire en M2 Neuropsychologie avec un M1 de Psychologie clinique et Psychopathologie. Merci

  9. Bonjour, j’ai une autre question, je ne sais pas si qqn peut me dire si c’est normal d’avoir seulement 20h de formation par semaine ( cours + stage compris) en M2 neuropsychologie en formation continue et non en formation initiale ?(Durée de formation de fin septembre au fin juin).
    Pourriez- vous me dire le rytme de formation que vous avez en M2 Neuropsy, peu importe formation initiale ou continue ( nb d’heures de cours + nb d’heures de stage par semaine, si c’est réparti sur toute l’année ou sur une partie de l’année, etc.. ). Si vous êtes en Formation continue, c’est encore mieux pour ces renseignements.
    Merci d’avance !

  10. Ping : Venez lire la liste de tous les articles du site ! « Etudes de psychologie

  11. bonjour, alors je vais poser ma question de façon basique : je suis psychologue, j’ai un m2 avec mention psychopahtologie, j’ai de l’expérience (l’expérience du chômage également) et je me dis qu’une formation en neuropsychologie pourrait me donner un atout supplémentaire au niveau professionnel, alors que puis-je faire ?
    Est-ce que je peux entrer directement en m2 psychologie mention neuropsychologie ?
    en formation initiale ? continue ? quelles différences ? quels interets ?
    des personnes ont-elles des temoignages sur ce genre de parcours ?
    merci

  12. Bonjour,
    Je suis actuellement en licence de sciences cognitives et je souhaite ensuite aller en licence de psychologie . Pensez vous que faire cette licence de sciences cognitives va m’aider à sortir du lot pour devenir neuropsychologue?
    Je voulais également savoir si il y a un nombre de place limitées en master de neuropsychologie ?

    Cordialement

    • qu’entend tu par simple psychologue ? un neuropsycho oui pratique comme un psychologue il peut avoir son cabinet travailler à l’hopital ou en libéral

      • Un bac S est conseillé car les études de psychologie et notamment le master de neuropsychologie implique des notions en sciences/neurosciences. Cependant rien ne t’empêche d’accéder à ces études avec un bac ES ou L.

  13. oui j’en ai parler brièvement avec la cop mais elle était dans l’impossibilité de me renseigner car beaucoup de personnes ignore l’existence de ce métier je suis actuellement en martinique et ça n’est pas génial du coup pour avoir des infos

  14. Bonjour, je suis en khâgne et j’hésite entre différente étude. La psychologie et notamment la neuropsychologie m’intéresse mais je ne sais pas trop où je met les pieds si je me dirige dans cette voie. J’ai fait un bac L + 2 ans de prépa lettre (autrement dit les sciences et surtout les maths n’étaient pas mon point fort), j’appréhende les cours à la fac de psycho qui semble tout de même très scientifique (particulièrement dans les neuroscience). De plus je ne comprend rien à toutes ces appellations (psychologie cognitive, sociale clinique…), ni à ce qu’elles engagent, ce dont elles s’occupent…

  15. Bonjour, je suis en L3 psycho à distance à l’IED paris 8. je voudrais faire un master en neuropsy mais je ne trouve pas de formation à distance, quelqu’un sait s’il existe une en France ou ailleurs? Genre Canada….? merci

    • Il n’y a qu’un seul enseignement à distance (EAD) pour le master de psycho mais c’est un master clinique (Paris VIII). Sinon il y a 3 EAD qui forment jusqu’à la L3: Paris VIII, Toulouse et Clermont-Ferrand.

  16. bjr laura. je m’excuse de te déranger. je prénomme carlos. je voudrais quelques infos pour la neuropsychologie. actuellement je suis encore etudiant en médecine au cameroun. après avoir obtenu mon diplôme de médecin, je voudrais me spécialer en neuropsychologie qui me passionne beaucoup. peux tu me guider s’il te plaît sur le parcours si j’ai ce diplôme? merci d’avance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s