Interview : La psychologie de la santé !


Aujourd’hui, Rebecca, étudiante en Master 2 de psychologie de la santé nous fait partager son expérience.

« J’ai choisi la psychologie de la santé pour sa richesse de contenu. En effet, cette spécialité permet une ouverture sur les différentes approches  (analytiques, systémiques, comportementales etc…) tout en restant dans la clinique. Ma volonté étant de devenir psychologue clinicienne, auprès de personnes plus ou moins vulnérables (malades, handicaps, troubles etc) , de leurs proches, mais aussi des partenaires de soinsC’est donc en psychologie de la santé que j’ai trouvé la même optique que je visais.

J’ai ensuite choisi en M1 psychologie de la santé, de m’orienter dans le parcours Vulnérabilités du sujet, pour justement son approche globaliste, puis j’ai ensuite été admise en parcours handicap, de par mon activité de bénévolat au seins de personnes en situations de handicap ( IMC, trisomie 21, autisme etc…  ) afin de me spécialiser dans ce champ.

Les enseignements de Master 2, à la différence de ceux de M1, se distinguent par leurs méthodes pédagogiques. En effet, il s’agit de cours magistraux le matin, puis de cours / ateliers par parcours ( 15 étudiants par parcours ) , ce qui permet une dynamique d’échanges assez riche entre pairs et enseignants. Les ateliers permettent alors de prendre possession des différents supports de médiations, des techniques en tant que futur(e) psychologue, de sa fonction éthique etc… Concernant l’évaluation, il s’agit de composer un mémoire professionnel ( apports théoriques et méthodologiques, analyse de l’institution, d’une étude de cas, analyse groupale) et de deux rapports de stages ( en effet il faut effectuer 50 demi-journées de stages minimum avec un référant de stage psychologue, et 50 demi-journées maximum de stage avec un référant de stage non psychologue ). 

Le but du M2, malgré la formation du psychologue, permet de se former sa personnalité professionnelle, de se forger ses propres points de vue, ses propres approches, afin d’acquérir une maturité à la fois personnelle, éthique, et professionnelle en adéquation avec le métier.

Concernant mon parcours professionnel, je me suis essayée à plusieurs domaines (psychiatrie, association d’aides aux devoirs, petite enfance, centre de planification et d’éducation familiale etc.. ) et j’ai été assistante d’éducation pendant 4 ans auprès de jeunes adolescents ( collège ). Ces milieux divers m’ont permis de m’orienter, de choisir mon public et les problématiques qui m’intéressaient. C’est aussi au fil des stages, de nos « jobs étudiants » que se forge notre vision de la psychologie, et avec laquelle nous travaillerons et confronteront les points de vue.

Pour ce qui est des qualités à développer pour les futures étudiants de M2, je dirais quil ne faut pas perdre espoir, se laisser submerger par le travail, et par les démoralisants/teurs ! Bon nombre d’étudiants ne tentent même pas de construire un dossier de Master 2 par peur d’être refusés, ressentis basés sur les rumeurs  » les profs ne prennent qu’à partir d’un certain âge » ;  » il faut avoir fait une coupure entre le M1/M2 pour prendre du recul  » etc... J’ai beaucoup douté pendant mon année de Master 1 mais il faut s’accrocher
Une bonne organisation, la curiosité, l’ouverture d’esprit, la détermination, un parcours cohérent dans ses choix d’orientation, la confiance en soi et… LA PASSION surtout, sont, je pense, les caractéristiques importantes sur lesquelles il faut s’appuyer pour réussir, qu’on soit en L1 ou en M2.

Une note de fin/ ou de faim ! : Ne perdez pas espoir, et si vous n’êtes pas reçu en M2, retournez cela en évènement positif afin de permettre une remise en question, une prise de recul, un second souffle ! C’est juste que ce n’était  pas le bon moment, et en aucun cas que la psycho n’est pas faite pour vous. Sinon, vous vous en seriez rendu compte dès la L1 ! Courage aux futures promotions  et croyez en vous ! »

Merci à Rebecca pour avoir partagé son expérience, vous pouvez lui poser vos questions en commentaires !

En complément : Un autre étudiant m’a fait partager un lien de site web sur la psychologie de la santé qui pourra vous être utile (d’autres interviews y figurent) : http://www.epsab.fr/111+sinscrire-en-psychologie-de-la-sante.html

Clémence

Publicités

13 réflexions au sujet de « Interview : La psychologie de la santé ! »

  1. Salut Rebecca !
    En fait j’aimerais plus tard travailler avec des handicapés, mais qui le deviennent au cours de leur vie à cause d’accidents, etc. Du coup j’aimerais savoir si un Master de la santé permet aussi de prendre en charge des gens comme cela, dans des centres de rééducation et de réadaptation par exemple, ou si le côté handicap du master de la santé ne traite que les handicapés de naissance (par exemple trisomie, autisme, etc.) ?

  2. Ping : Venez lire la liste de tous les articles du site ! « Etudes de psychologie

  3. Hello ! J’avais une question par rapport au Master que tu fais. Tu as dit que tu as d’abord pris Vulnérabilité des sujets, en quoi cela consiste au juste ? (sur le site de Lyon, la description ne m’aide pas trop). Est-ce que tu vois de tout ? (handicap, vieillissement, maladie, etc.) Parce que plus tard, j’aimerais bosser dans un centre de rééducation fonctionnelle, mais je ne cherche pas forcément à me spécialiser dans le handicap (j’ai peur que cela me ferme des portes, et c’est surtout le côté CRF qui m’intéresse, pas tellement le reste, donc c’est bien trop spécialisé pour moi). Donc voilà, toi qui a fait un peu vulnérabilité des sujets, est-ce que cela permet de toucher un peu à tout, et donc d’être plus polyvalent en tant que psychologue ?
    Merci d’avance =)

    • En Vulnérabilités du sujet, je l’ai surtout perçu comme l’accompagnement des proches, des populations atteintes de maladies somatiques comme en cancero par exemple. Le M2 santé permet de toucher à tout, même si tu choisis Vulnérabilités du sujet, tu pourras postuler dans les différentes structures. En général, les directeurs ne se préoccupent pas de ta spécialisation car ils ne savent même pas qu’il y en a ^^ ( a priori )

  4. Salut, j’ai postulé à la fac de Lyon pour la psychologie de la santé, mais je n’ai jamais suivi de cours sur ce domaine là, (j’ai étudié à Montpellier à l’origine), en quoi la psychologie de la santé diffère t elle de la psychologie clinique/psychanalyse ? Aurais tu des conseils à me donner? Plus tard je souhaite entrer dans un service de maternité/néonatalité donc j’hésite entre le parcours Vulnérabilité du Sujet et Handicap. Qu’en penses tu?

    • Ta question est pertinente et suscite bon nombre de débats donc je vais te donner un avis personnel. Je pense donc que la psychologie de la santé EST du domaine clinique et qu’elle diffère uniquement de la psychopathologie par son orientation. En effet on ressent plus de psychanalyse du coté de la psychopathologie ( ce qui est évident ! ) alors qu’il y a une approche plus large en santé ( psychanalyse, systémie, cognitivo-comportementale etc ). Tu peux très bien exercer dans le service que tu souhaites, à partir du moment où tu es psychologue, les options peuvent être mises en avant ( handicap, vulnérabilités ) mais sont souvent mal comprises par les recruteurs. Il n’y a pas un parcours type (vulnéra, handi ) pour un métier type, tout dépend comment tu considères le handicap par exple. Courage 🙂 Reb

      • Aurais tu des références bibliographiques à me donner ? et si j’ai bien compris je peux effectuer un stage « où je veux/peux » c’est cela ? tu aurais des tuyaux de stages sur Lyon?

      • Si tu viens sur Lyon, je peux te conseiller de lire  » manuel de psychologie et de psychopathologie clinique générale  » de René Roussillon, ainsi que ceux de Kaës en particulier  » crise, rupture et dépassement » . Plus dans le champ de la santé, tu as un ouvrage publié en 2012 il me semble de lydia Fernandez et Jacques Gaucher, ainsi que le concept de résilience de Cyrulnik.

        Concernant les stages, tout dépend de ce que tu cherches. Après si tu es interessée, je peux te trouver une place dans le champ de la médiation animale … contacte moi sur mon mail rebicard@live.fr

        Rebecca ICARD, Psychologue ( enfin !!! 🙂 )

  5. Bonjour!
    Je suis admise pour l’année 2013/2014 en m2 de psycho de la santé, spécialité handicap a lyon2. Je me questionne au sujet de la recherche de stage…. Est-il facile de trouver? Je me souviens avoir retapé mon m1 car je n’avais pas réussi à trouver dans les temps du coup… Ça m’inquiète un peu. Et pour ce qui est du stage sans réfèrent Psy, ça donne quoi concrètement? Quelqu’un pourrait-il m’éclairer a la lumière de sa propre expérience (?) car pour le moment ça me parait assez « obscur ». Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s