Le Master Recherche en psychologie


psychologieJ’ai le grand plaisir d’avoir reçu une proposition d’article d’un étudiant en Master 2 Recherche, Olivier Dodier. Il a eu la gentillesse de vous écrire un article complet sur le parcours recherche et les débouchés professionnels. Je vous laisse le lire.

Le Master Recherche

Chaque année, des milliers d’étudiants en master première année sont invités à formuler des choix d’orientation en master 2. Après avoir au préalable choisi un domaine d’application (clinique, sociale, cognitive, neuropsychologie, etc.), ils doivent aussi décider s’ils veulent devenir psychologue praticien ou bien d’effectuer des travaux de recherche. Afin de les sensibiliser à ces deux types de pratique de la psychologie, ils sont en général amenés, au cours de la première année du master, à effectuer à la fois un stage d’application des savoirs, ainsi qu’un mémoire de recherche. Dans certains cas, les deux seront liés, dans d’autres non.

Le choix entre le type de pratique est primordial, car dans la formation même du master 2 (professionnel ou recherche) et les perspectives proposées, les contenus et prérequis divergent totalement !

Cet article va proposer, non pas un comparatif entre les deux types de formation, mais une présentation de ce qu’est le master Recherche, un exemple de contenu de formation, ainsi que les perspectives professionnelles possibles à l’obtention du diplôme.

Des apprentis chercheurs

Si, en M1, les étudiants s’initieront à la recherche avec leur mémoire, c’est en master Recherche que la formation réelle à la recherche sera dispensée aux étudiants désirant de continuer dans cette voie. Ainsi, pour plusieurs raisons (par exemple, les effectifs en général assez réduits, les tâches réalisées et l’intérêt commun pour le même travail), les étudiants seront considérés plutôt comme des apprentis chercheurs. Donc, s’ils auront accès à plus de ressources documentaires, peut-être, que des étudiants en Licence ou en master Professionnel, qu’ils pourraient avoir plus de « proximité » avec les enseignants-chercheurs et participer activement à la vie du laboratoire, il leur sera aussi demandé de fournir du travail de niveau professionnel, à la hauteur du niveau d’un laboratoire de recherche.

Le travail de recherche

Évidemment, les étudiants dans ce type de master auront à valider leurs connaissances, au moyen d’examens ou de dossiers à rendre. Cependant, la majeure partie de leur année sera consacrée, comme en M1, au mémoire de recherche. La structure sera exactement la même : exposer un cadre théorique dans un domaine précis, qui amène à une réflexion, à un questionnement (la problématique), et à des prédictions (les hypothèses), une méthodologie fiable et validée scientifiquement, la plupart du temps des traitements statistiques, de l’analyse de résultats, leur interprétation et enfin, une discussion en terme de perspectives et de positionnement au sein de la littérature. Ce qui différera sensiblement du mémoire de M1 sera l’exigence demandée par le corps professoral présent lors de la soutenance et tout particulièrement celui du directeur de recherche.

Mais, une question se pose alors : comment choisir le bon directeur de recherche ? La plupart du temps, les étudiants de M2 Recherche resteront avec l’enseignant qui les a encadré lors de la recherche de M1. Lorsque celui-ci n’en n’aura pas la possibilité (par exemple, s’il l’étudiant change d’université entre le M1 et le M2), il conviendra alors de choisir un enseignant qui travaille dans un thème de recherche le plus proche possible, dans la théorie et la méthodologie, des volontés de l’étudiant. Pour ce faire, il pourra évidemment être conseillé par son directeur de recherche de M1.

Le reste de la formation

Celui-ci dépend de l’université qui propose le master Recherche. Cependant, il existe quelques points incontournables. Tout d’abord, la recherche implique de solides connaissances en anglais. En effet, comme déjà dit dans de précédents articles, une très grosse majorité des articles scientifiques ou ouvrages à lire sont en anglais. C’est pourquoi des enseignements sont généralement dispensés dès la première année. Très tôt, il sera demandé aux étudiants d’avoir de réelles compétences dans la langue de Shakespeare : assez vite, il leur sera demandé, s’ils poursuivent dans des études doctorales, de soumettre des articles de recherche en langue anglaise, de participer à des activités scientifique où tous les travaux seront présentés en anglais (à l’oral, donc).

L’autre point incontournable, et en général qui n’est pas le préféré des étudiants est les statistiques. Il est vrai que cela peut paraître déroutant au sortir du bac (et pour une partie, d’un bac L), d’arriver en psychologie et de voir qu’un des premiers cours réguliers sont, encore et toujours, des mathématiques ! Cependant, bien que cette matière soit généralement de bas coefficients lors des examens, et que cela n’encourage pas les étudiants à se consacrer autant à sa révision que pour les matières de psychologie, il est indispensable d’en comprendre très vite la logique. En effet, en Master Recherche, les statistiques sont primordiales. Tout mémoire sera analysé au moyen de traitements statistiques complexes, précis et fiables. Si en M1, nombreux professeurs assistent (plus ou moins) les étudiants à ces analyses, il est demandé en M2 Recherche d’avoir le niveau pour les faire seul. Il n’est cependant pas exclu de les faire avec son professeur tuteur ou bien avec d’autres acteurs collaborant à la recherche.

Quelles perspectives professionnelles ?

S’il y a une chose à savoir absolument, c’est qu’en grande majorité, les master Recherche n’obligent pas à faire de stage, puisque les 500h donnant droit au titre de Psychologue ne sont pas requises pour continuer en thèse et obtenir le titre de Docteur en psychologie. Cependant, rien ne l’interdit non plus. De nombreux chercheurs ont le titre de Psychologue et de Docteur. Bien que beaucoup aient validé à la fois un M2 Professionnel et un M2 Recherche, il arrive que certaines aient fait leur stage lors de l’année de Master Recherche. Ainsi, une fois le titre de Psychologue obtenu, il est tout à fait possible alors d’exercer en libéral, en institut, en milieu hospitalier, en entreprise, bref, partout où il existe de la place pour nous accueillir !

Mais majoritairement, les étudiants en master Recherche poursuivront leurs travaux en thèse. Celle-ci dure, au minimum, 3 ans, et constitue un conséquent travail de recherche, toujours dans le même schéma que celui du mémoire. La différence est alors au niveau de la quantité et qualité du travail, du niveau d’exigence, du statut d’étudiant, des responsabilités. Bien souvent aussi, les doctorants sont amenés à enseigner. Les étudiants en Licence ont, sans le savoir, souvent affaire à des doctorants qui, déjà spécialistes dans leur domaine, ont tous les savoirs requis pour les transmettre aux plus jeunes générations. Ainsi, ils ont l’occasion de s’exercer à leur futur métier : celui d’enseignant-chercheur. Au sortir de la thèse, il existe alors plusieurs possibilités, avec en poche son titre de Docteur. Le jeune docteur pourra alors effectuer une à plusieurs années de Post-Doctorat, qui est une mission de recherche contractuelle dans une université. Cependant, ce n’est pas quelque chose de systématique et obligé. Il est possible, en ayant toutes les qualifications requises, d’accéder à un poste de Maitre de Conférence au sein d’une université.

Quels avantages ? Quels inconvénients ?

Évidemment, comme toute formation, il existe des inconvénients à choisir la voie de la recherche au détriment de la voie professionnelle. Tout d’abord, il est compliqué d’effectuer un stage en parallèle. La recherche à présenter sous forme de mémoire prend énormément de temps, d’énergie et l’étudiant doit en général s’y consacrer à quasi-plein temps. Ainsi, obtenir le titre de Psychologue est compliqué à obtenir avec un parcours Recherche. Il peut alors être difficile pour un étudiant qui n’aura été pris qu’en master Recherche, et refusé dans tous les masters Professionnel pour lesquels il a candidaté de constater qu’il ne pourra pas « aisément » pratiquer avec sa formation à la recherche. Ensuite, comme il a été dit ci-dessus, l’anglais et les statistiques ont une place très conséquente dans la recherche, et il peut être difficile, voire déroutant de consacrer tant de temps à des matières qui ne sont « pas de la psychologie ».

Cependant (et heureusement !) il existe aussi des avantages à choisir ce parcours. Pour les amateurs d’études longues : vous allez être servies. Choisir la voie de la recherche amène souvent à un niveau d’études bac + 8 avec au bout un joli titre de Docteur ! Si ce n’est qu’une appellation, celle-ci peut permettre de renforcer l’estime de soi, ce qui est important pour sa vie professionnelle et personnelle ! Ensuite, le métier de chercheur est un métier qui est au cœur de la connaissance : il permet d’en absorber constamment, de la transmettre, de la créer, de s’en servir à volonté. Le chercheur apprend tout le temps, et cela commence dès la deuxième année de master. Évidemment, ceci n’est pas propre au master Recherche, mais les étudiants en M2 recherche et en doctorat ont généralement très facilement accès à énormément de ressources documentaires puisqu’ ils sont des parties intégrantes du laboratoire. Outre les connaissances, et pour le côté, si j’ose dire, « superficiel », le métier de chercheur peut offrir la possibilité de voyager dans le monde et de rencontrer bon nombre de personnes en participant à des conférences, séminaires ou colloques internationaux. Cependant, il ne s’agira en aucun cas de vacances mais bien d’activités professionnelles et scientifiques !

Advertisements

33 réflexions au sujet de « Le Master Recherche en psychologie »

  1. Bonjour,

    J’ai une question qui peut paraître stupide : peut-on cumuler le poste de chercheur avec un activité autre que l’enseignement ? Je suis assez intéressée par la recherche mais j’avoue que l’idée d’enseigner me rebute un peu.

    Merci d’avance 🙂

      • Le monde la recherche n’est pas limité au poste d’enseignant-chercheur. Il est possible de faire uniquement de la recherche comme ça peut être le cas pour les chercheurs CNRS ou INSERM. On peut aussi faire de la recherche en entreprise ou dans le domaine privé, et là encore l’enseignement n’est pas obligatoire 🙂

  2. Je pense que c’est possible si on trouve un poste de chercheur directement au sein d’une institution de recherche (CNRS, INSERM, etc.). Mais alors pour le coup je sais pas dans quelle mesure c’est possible. La plupart du temps, le parcours recherche conduit à un poste de Maitre de Conférences, et il y a 192h de cours sur l’année obligatoire. Le reste, c’est que de la recherche.

  3. Ping : Venez lire la liste de tous les articles du site ! « Etudes de psychologie

    • Le master mixte est à la fois recherche et pro. Il ont été supprimés dans certaines fac comme dijon par exemple pour être séparés en master pro d’une part et recherche d’autre part. La réforme ayant permis cette séparation était supposé améliorer certaines choses. Mais voyant que ça complique plus que ça n’améliore les formations, on est en train de revenir à l’ancienne et d’ici quelques années tous les masters « devraient » être mixtes. Ainsi donc il sera de nouveau tout aussi aisé de poursuivre en doctorat et/ou de s’insérer professionnellement avec un même master.

  4. Maître de conférences c’est quoi en fait ? C’est être prof ?
    C’est tellement dur de savoir si la psychologie est fait pour nous, en plus il fat choisir entre recherche et professionalisation ! C’est pas évident :/

    • Non effectivement ce n’est pas évident!
      Maitre de conférences c’est un certain statut d’enseignant. Tu as les chargés de TD, les maitres de conférences, les professeurs (émérite ou pas).

    • Oui enfin lorsqu’on arrive à l’heure du choix Recherche/Pro, il vaut mieux à ce niveau avoir déjà régler cette question de savoir si la psychologie est faite pour nous ! … Pour laisser place à de nouvelles questions telles que le type de master, sujet de thèse, Orientation professionnelle post diplôme… Que du bonheur.

      • Oui heureusement je ne suis qu’en première année. C’est pas tant le choix de savoir si c’est fait pour moi qui me fait peur mais de me dire : est-ce que je vais réussir à aider les personnes an demande psychologique ? Je suis qu’en première année et pourtant ça me tracasse pas mal déjà !
        Après oui en Master, il y a beaucoup de choix à faire apparemment, c’est pas évident… !

      • Bein ce que je peux te dire c’est que c’est déjà super que tu te poses cette question, car j’en connais qqls uns qui – arrivés en Master – en oubli le but principal. La première année est surtout une année d’introduction, donc ne t’affole pas les années d’après ce sera un peu plus concret. Tu pourras voir l’étendue de la psychologie, et te créer ton projet professionnel (ou au moins te faire une petite idée), avec les professionnels qui t’entourent et ta formation. Et le mieux ce sont les stages, pour pouvoir avoir un aperçu réaliste du métier (tout en gardant à l’esprit que chaque institution a sa façon de faire 🙂 ) Ne t’inquiète pas, tes inquiétudes son censées ! Bon courage en tout cas, profite de ces 3 années de Licence !

      • Ta dernière phrase me fait penser que le master sera quelque chose d’horrible ^^
        Je vais peut-être faire un petit stage d’observation cet été. On verra bien ce que ça donne !
        Si c’est normal alors tant mieux !
        Merci beaucoup pour avoir pris du temps pour moi et d’avoir répondu ! Ca me fait plaisir =)

  5. toutes les fac acceptent elles de faire les conventions pour le stage de 500h permettant d’avoir le titre de psychologue?par qui faut il passer pour savoir tous ça?

    • après un master recherche, il est possible de convoiter des postes d’assistant de recherche ou encore d’ingénieur d’étude (ITA) selon le cursus choisi. il est aussi possible de réaliser une formation de plusieurs d’attaché de recherche clinique (ARC). dans le cas d’assistant de recherche (ARC excepté), le travail consistera à aider une équipe de chercheur ou un projet de recherche en recrutant des participants (tout-venant ou patients), en leur faisant passer des expériences, à réaliser des analyses statistiques et à aider à la rédaction des articles. selon les équipes de recherche et le type de contrat, les résponsabiltiés varient et peuvent aller jusqu’à présenter des données d’études à certaines conférences. dans le cas de l’ITA, le travail fait appel à des compétences plus techniques. souvent il s’agit d’ingénieurs dans le milieu de l’informatique, néanmoins être assistant de recherche peut aussi conduire au titre d’ITA, tout du moins en france. concernant la formation ARC, il s’agit de travailler dans le milieu de la recherche clinique et de faire le lien entre chercheurs et praticiens cliniques (médecins, psychologues, etc) afin de recruter des participants (patients et sujets controles) et d’assurer toutes les démarches administratives nécessaires à la réalisation de l’étude. cela s’éloigne un peu plus de la recherche mais a le mérite de placer l’ARC au sein d’une équipe médicale.
      En conclusion, après un M2 recherche, il est possible de travailler dans le monde de la recherche mais il reste compliqué voire même impossible de trouver un « vrai » poste de chercheur sans avoir réalisé une thèse. néanmoins, beaucoup d’étudiants après un M2R qui ne se sentent pas près pour se lancer dans la grande aventure de la thèse se dirigent d’abord vers des postes d’assistants de recherche. cela permet de gagner en expérience et de prétendre à une thèse par la suite. attention néanmoins, ces postes sont assez rares et les demandes nombreuses! dans d’autres pays comme l’angleterre et l’allemagne, ces postes sont un peu plus courant mais il est alors nécessaire de parler et écrire couramment l’anglais!
      Voilà j’espère avoir répondu à ta question!! ^^

  6. Bonjour, je voudrais savoir, si le métier de chercheur exige aussi des heures de travail à la maison. Je m’explique,j’adore apprendre,encore et encore et lire les articles des expériences de psychologie; J’ai une licence psycho,et niveau master 1 santé(théorie validée) mais pas le stage et le mémoire. Je voudrais reprendre le master 1 et 2 en recherche, j’ai peur d’une chose, de devoir mettre ma vie personnelle entre parenthèse. J’ai un compagnon et une petite fille, je veux pouvoir profiter d’eux le soir ,et le we(du moins quelques heures). Est-ce que dans ce cas la recherche n’est pas faite pour moi? Ou est-ce que je peux travailler en tant qu’enseignante tout en continuant les études. Deuxième point, je n’apprécie pas particulièrement l’avion, donc pour les voyages dans le monde, ça posera problème. Voilà, alors bien que passionnée par la recherche et les expériences, pensez-vous que je peux m’orienter vers de la recherche ou pas? Merci de me répondre franchement, toute réponses, même négative seront prise en compte.
    Cordialement

    • Tout est une question d’organisation !

      Etant dans cette situation, la plupart du temps, je fais en sorte que mes soirées et week-end soient dégagés. Bien sûr il y a certaines périodes dans l’année plus « occuppées » où malheureusement, il me faut ramener du travail à la maison. Mais ça reste rare (tous les ans, 2 ou 3 fois pendant une semaine …)

  7. questions idiotes: en quoi consiste la recherche en psychologie? que fais le chercheur psychologue?
    le docteur en psychologie?

    • Il est déjà primordial de distinguer le docteur en psychologie du chercheur en psychologie. En fait, être « docteur » n’est « que » (si j’ose dire) un titre. Un praticien en cabinet libéral peut très bien avoir un doctorat. Le chercheur, cependant, doit être docteur pour postuler à un poste en université ou bien en institut de recherche (CNRS, INSERM, etc.).

      Son travail consiste à expérimenter, suite à une questionnement, et à tester des hypothèses afin de participer et de faire avancer l’état des connaissances dans un domaine. Par exemple, pour faire dans le concret, si un chercheur veut connaitre l’influence d’un groupe sur les prises de décision, il décrira d’abord l’état des connaissances actuelles dans le domaine, qui lui permettront de faire des hypothèses (dans le cas présent « l’individu se conformera à la décision majoritaire du groupe », par exemple). Ensuite, il pourra mettre en scène plusieurs situations afin de tester cette hypothèse. Deux groupes expérimentaux différents: dans l’un, l’individu seul se voit présenté 3 bâtons de tailles différentes, et à côté, un seul bâton, et doit indiquer lequel des trois bâtons à gauche correspond à celui de droite. Dans l’autre, l’individu est entouré de 4 complices de l’expérimentateur, et doit indiquer à voix haute le bâton correspondant après que les complices aient déjà répondu à la question, en se trompant manifestement.
      Ainsi, l’expérimentateur, s’il vérifie son hypothèse, observera que dans une situation d’influence de groupe, les individus auront tendance à s’accorder avec la décision majoritaire du groupe.

      C’est un exemple très simplifié d’une célèbre expérience en psychologie mais qui peut te permettre de te faire une idée du travail de chercheur.

      Son rôle, ensuite, est de présenter ces données à la communauté scientifique (soit en publiant l’étude dans une revue scientifique spécialisée, soit en la présentant lors d’un congrès national ou international, soit les deux), puis, s’il le souhaite, à la population en général, par des moyens de vulgarisation.

      J’espère avoir répondu à ta question, n’hésite pas si tu as d’autres questions sur ce métier.

  8. Bonjour,
    Je suis actuellement en deuxième année de licence de psychologie et je suis face à un énorme problème… Je n’ai aucune idée de ce que je veux faire plus tard, j’aimerais continuer dans un master général mais j’ai l’impression qu’il y en a tellement ! Et que je n’arrive pas à comprendre forcément concrètement de quoi ils traitent… et les débouchés qu’il y a derrière ! Je suis en panique car on m’a dit qu’il était préférable de valider sa licence dans l’université où on voudrait faire le master pour avoir plus de chance d’être sélectionné et de connaitre par avance son professeur référant pour la maîtrise, sauf que j’ai l’impression que pleins de master sont intéressants et si jamais je ne suis pas prise dans un que dois-je faire ? Et si arrivée en Master 2 on me recale ? Et si je veux faire un doctorat ?
    J’aimerais donc savoir si il existe une liste précise qui présente les différents masters en psychologie et si vous auriez une sorte de « mode d’emploie » pour savoir le mieux à faire pour être pris en master ?

  9. Je tiens quand même à ajouter (je trouve que cela manque dans cet article très bien écrit sinon) que réaliser une thèse n’ouvre pas les grandes portes à un poste de chercheur ou de maitre de conférence. Il est relativement facile de trouver une thèse, la concurrence est donc rude pour l’après-thèse. De façon générale, après une thèse, un doctorant effectuera plusieurs années de « post-doctorat » (la tendance actuelle est de 2 post-doc, un post-doc durant 2 à 3 ans). Il s’agit de travailler sur des projets définis par l’équipe de recherche d’accueil avec bien sûr des modifications possibles en fonction de ses compétences. Les travaux de recherche réalisés conduisant à la rédaction d’un ou plusieurs articles qui doivent être si possible publiés dans de bons journaux. En France, les chercheurs qui travaillent dans des labo ou centres de recherche publics sont fonctionnaires. Pour obtenir un poste fixe de chercheur il faut donc passer un concours de la fonction publique. Selon les domaines de recherches, les places sont plus ou moins chères ou très chères et assez rares (coupes budgétaires obligent!). Accéder à un poste de maitre de conférence dépend d’une l’université, mais là aussi il y a un concours pour y accéder. et pour prétendre à un poste de maitre de conf, il faut avoir un certain nombre d’heures d’enseignement à son actif.
    Je tiens donc à souligner qu’en s’engageant dans une thèse, on doit ensuite s’attendre à galérer pour trouver un poste fixe et que la situation jusque là peut être assez précaire. Il y a beaucoup de personnes qui jettent l’éponge après avoir enchainé plusieurs post-doc sans avoir pu trouver de postes fixes.
    Néanmoins, il est possible de se « recycler » après une thèse et de trouver des postes dans des entreprises ou structures autres que des structures de recherche. ou encore de travailler en tant que psychologue si on obtenu le titre.
    Dans tous les cas, si vous êtes prêts à prendre le risque et que vous êtes sûr que la recherche c’est vraiment votre truc, lancez-vous! c’est une très belle aventure en perspective!!

  10. Bonjour,
    Je suis en seconde générale et le domaine de la psychologie m’intéresse énormément, mais je me pose encore beaucoup de questions sur comment parvenir au métier que je souhaite faire, si les inconvénients sont trop importants, si au final ce sera réellement ce que je souhaite faire…

    Je voudrais d’abord savoir s’il était possible s’il vous plait de m’indiquer de manière claire, années après années le parcours à accomplir afin de devenir chercheur en psychologie, parce que poser en texte, je me perd facilement entre les doctorats, les licences, les master, j’ai du mal à visualiser tout cela, à savoir à quel moment (/à partir de combien d’années…) s’offrent à nous la possibilité de se spécialiser dans la recherche ou l’enseignement..

    Quels genres de cours prenons nous à ce moment là (si ce sont bien des cours); la psychologie est-elle égale aux sciences et donc à toutes les informations liées à la Physique/ la chimie / les Sciences de la vie / les mathématiques (pourquoi pas) ? Je ne fonctionne pour l’instant qu’en « matière » en cours, je ne sais pas comment cela se passe en études supérieurs de psychologie.

    Et une question peut-être un peu tabou, mais néanmoins importante: Est-il vrai que le salaire débutant d’un chercheur/maitres de conférence est de 2000€ et est d’environs 3200€ après environs 20 ans de métier ? C’est également quelque chose qui me perturbe un peu; un bac +8 tout de même.. !

    Je suis également allé sur les sites mentionnés ici, à savoir CNRS (qui ne semble pas posséder de rubrique/lien INSERM) et justement le site de l’INSERM mais dans celui-ci ils parlent de neurosciences, de biologie cellulaires, etc.. (D’où ma question sur les matières vues durant les études) Sur aucun des sites je n’ai trouvé de sujet parlant de la psychologie ?

    Peut-on, avec l’âme d’un littéraire se diriger dans ce genre d’études où est-ce trop basé sciences « pures » si je puis dire ?

    J’adore réellement tout ce qui est psychologie, le comportement des individus, les expériences menées par des chercheurs que l’on peut lire ça et là sur le net… Tout cela me passionne et depuis toujours je me suis sentie proche de ce sujet/ai eu des facilitées déconcertantes de comprendre le pourquoi du comment des actions des gens qui m’entourent… Je rêverai de travailler dans ces domaines, d’en apprendre encore et toujours plus ! Mais le parcours pour parvenir au rang de chercheur me semble trop impressionnant.

    • Bonsoir,

      Pour devenir chercheur en psychologie, tu dois suivre le cursus LMD, à savoir Licence (composé de 3 années), Master (2 ans) et Doctorat (3 ans voir 4). Il faut donc aller à la fac, ou tu obtiendra ta licence de psychologie au bout de la 3eme année. donc). Puis il te faudra poursuivre avec 2 ans de Master. Après avoir obtenu ton master, il faudra que tu trouves une thèse (c’est le doctorat) pour acquérir le titre de Docteur en psychologie. Il te faudra ensuite trouver un poste de chercheur.

      Si il n’y a (en théorie) aucune sélection à l’entrée de L1 (première année de licence), elle est plus forte à l’entrée du Master (soit en première année, soit en deuxième suivant les facs). Tu choisis ta spécialisation en master 2 (bac +4 donc) puisque tu devras choisir entre master recherche ou master pro. La première année de master est une année « commune », tu devras toute fois choisir le domaine de la psychologie dans lequel tu voudras travailler (à savoir psy clinique, neuro, psy sociale,psy cognitive,psy de la santé, psy du développement, …). toute fois, si tu es sûr de vouloir faire de la recherche tu peux commencer à te spécialiser de par le choix de ton université. En effet elles ont toutes une orientation particulière, ainsi certaines sont plus réputées à former à la recherche (voici un post qui peut être utile : https://etudepsychologie.com/2014/06/18/sondage-avis-facs-psycho/ ).

      Lorsque tu seras en fac tu ne parleras plus en « matière » mais en UE (Unité d’Enseignement), celles ci changent d’une fac à l’autre, compte tenu que les enseignants chercheurs ne sont pas les mêmes (bien qu’elles restent similaires). Tu auras de Cours Magistraux (type conférence en amphi) et des Travaux Dirigés (en groupe plus restreint, axé plus sur la mise en pratique des enseignements théorique appris en CM). Pour ce qui est des « cours » sur la recherche, cela n’existent pas vraiment, on t’apprend le métier de chercheur notamment à travers la réalisation de stage et de mémoire, tu découvriras les outils comme les statistiques, …

       » la psychologie est-elle égale aux sciences et donc à toutes les informations liées à la Physique/ la chimie / les Sciences de la vie / les mathématiques (pourquoi pas) ?  » La psychologie se revendique comme une science, après est elle égale aux sciences mathématiques, physique et naturelles, je ne sais pas. Qu’entends tu par « et donc à toutes les informations liées à » ? La psychologie possèdent différents domaines (psychologie cognitive, du développement, clinique, psychanalyse, etc …) et différents courants. Certains (comme la neuropsychologie et les neurosciences) font appel à la biologie, et à la biochimie. Pour un chercheur en psychologie, les maths, de part les statistiques, sont un outils primordial dans son travail. En fonction de la voie choisie la psychologie eut aussi être relier à l’informatique avec les recherches sur intelligence humaine/ IA.

      Le site du CNRS et de l’INSERM ne t’aideront pas à connaître le contenu des études que tu veux faire. Pour cela, il faut que tu ailles sur le site des universités de psychologie.

      Tu peux tout à fait suivre des études de psychologie avec « l’âme d’un littéraire » mais le métier de chercheur demande une rigueur scientifique ».

      Certes les études pour devenir chercheur sont longues et impressionnantes toute fois, ce n’est qu’après 4 ans d’études que tu te spécialiseras vraiment dans la recherche. Tu auras dans 4 ans pour découvrir la psychologie, voir si cela te plait vraiment, et si c’est vraiment la recherche qui t’intéresse ou alors le métier de psychologue en lui même.

      J’espère avoir pu t’aider et avoir répondu à toutes tes questions, n’hésite pas si tu en as d’autres, bonne soirée.
      (Pour ce qui est du salaire, je ne peux pas t’aider, n’ayant pas fini mes études)

  11. Bonjour,
    Je suis étudiante en première et j’ai choisi la filière ES bien qu’hésitante. Je suis clairement passionnée par la psychologie et l’étude de l’Homme ainsi que ses comportements et j’ai eu du mal à donné un nom à ce que je voulais faire plus tard. Ce que je savais c’était que je voulais « Comprendre l’Homme » et que je voulais continuer à apprendre et réfléchir une fois mes études finies. Le métier de chercheuse en psychologie m’est tout de suite venue à l’esprit mais alors une question se pose: Est ce que mon bac ES serait adapté?
    Je pense que je prendrais spécialité Mathématiques en Terminale (bien que je sois à 17 de moyenne en maths) et j’ai un plutôt bon niveau d’anglais (19.5 de moyenne), ce qui pourrait peut être m’aider pour le master de recherche.

    • Bonsoir Marine,

      Bien qu’étant « juste » en L1 de psychologie, je pense pouvoir t’affirmer que la filière de ton bac général n’aura pas d’influence sur tes études en psychologie, notamment parce que la première année de licence sert à donner les mêmes bases et combler les lacunes de tous. Nous sommes amenés à rencontrer des étudiants plus avancés dans les études que nous aimerions nous mêmes suivre, c’est pourquoi j’ai pu m’entretenir avec des étudiants en M2 Recherche : ils m’ont affirmés que leur bac n’avait eu aucune influence sur leurs études de psychologie, tout au plus un avantage mais en aucun cas un inconvénient pénalisant. Pour avoir fait un bac S, je trouve que mes connaissances en biologie me sont tout aussi utiles que celles en maths (ce que l’on nous demande de faire étant relativement « simples » pour l’instant) en revanche le niveau d’anglais est totalement différent que celui de lycée (mes notes de lycée en anglais, excellentes, ne reflétaient pas mon niveau réel de langue ; pour être chercheur, il faut frôler le bilinguisme, ce qui correspond au niveau C1/C2). Si le bac a peu d’influence, le choix de ta fac, lui, en revanche sera très important : les facs ont souvent une « spécialité » officieuse (voici un post qui peut être utile : https://etudepsychologie.com/2014/06/18/sondage-avis-facs-psycho/ ).

      J’espère avoir pu t’aider, bonne continuation dans tes études.

  12. Bonjour, j’ai chercher sur Internet afin de savoir combien de poste il y a dans le domaine de la recherche en psychologie mais je n’ai rien trouvé d’assez précis qui puisse me répondre. Est-ce que quelqu’un de renseigné ( ou qui travaille dans le domaine ) pourrait me dire, s’il vous plait ?

  13. Désolé pour le double post ^^. Mais j’aurais voulu savoir, car je compte me réorienter cette année, le nombre d’heure de travail maison ( une estimation au moins ) que nécessite les études de psychologie, s’il vous plait. Même si travailler beaucoup ne me dérange pas si j’aime se que je fais, je trouve ça quand même important ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s