Partir étudier à l’étranger


partir-a-l-etranger1269770913Grâce à des programmes d’échanges universitaires ou à vos propres moyens financiers, vous pouvez partir un semestre ou plus à l’étranger afin d’étudier la psychologie. Cela semble enrichissant tant d’un point de vue personnel que professionnel. Vous allez acquérir une ouverture d’esprit ainsi que la connaissance d’un autre courant de pensée que votre université.

Pour rédiger cet article, je me suis essentiellement basée sur des témoignages apportés par des étudiants de psycho ayant partagés leurs expériences sur la page Facebook du site. Pour plus d’informations : http://www.erasmusworld.org/

Les avantages:

–          Le choix des cours : du moment que vous obtenez 60 crédits pour valider l’année, vous pouvez choisir les cours qui vous intéressent, même si l’intérêt est d’essayer de coller au programme français pour ne pas être perdu à votre retour.

–          Les examens : selon les pays et facs, vous pouvez bénéficier d’une rallonge de temps, d’un dictionnaire et les profs peuvent parfois être plus indulgents.

–          Concernant les bourses : certaines universités françaises donnent une bourse qui peut être très élevée. Elle peut être cumulée à une bourse régionale, une bourse Erasmus et une aide du CROUS.

–          Développement personnel : acquisition d’une plus grande ouverture d’esprit, d’ouverture aux autres, de plus d’autonomie !

Les difficultés :

–          La langue : Evidemment si vous êtes bilingue, pas de soucis pour vous. Pour les autres, selon les divers témoignages, en se mêlant aux autres, on apprend très vite la langue ! Ne pas hésiter à demander de l’aide ou par exemple des copies écrites aux professeurs.

–          La distance : il faut savoir que dans les autres pays, il y a moins de vacances qu’en France, donc moins d’occasion de retourner chez soi !

–          Les notes : pour pouvoir partir à l’étranger vous devez déposer un dossier et entamer des démarches administratives qui peuvent être plus ou moins compliquées selon les facs ! Il faudra une moyenne minimum de vos notes pour être accepter.

Conseils de ceux qui sont déjà partis :

–          Si vous ne partez qu’un semestre, partez le second semestre, afin de ne pas être en décalage avec votre université d’origine à votre retour et de retrouver vos repères.

–          Quelle année partir ? Apparemment, la L3 semble la meilleure année. Avant le Master et le stress de la sélection, vous agrémenterez votre dossier d’une année à l’étranger, ce qui est, je pense, un très grand plus !

Spécificités pour l’Allemagne :

–          Facilité pour trouver un stage : les profs aident à la recherche de stage et les démarches administratives beaucoup moins laborieuses.

–          La réputation de la filière : dans de nombreux pays, la psychologie est une filière sélective où il faut avoir obtenu une très bonne note à l’équivalent du Bac pour intégrer une fac de psycho. Conséquence : les effectifs sont réduits et les profs davantage disponibles,  en Allemagne par exemple, à Leipzig, il y a 480 étudiants sur les 5 années de psychologie.

Spécificités pour la Californie (San Diego):

–          Les professeurs sont proches de leurs élèves. Il existe des TA (teaching assistant), qui sont des élèves ayant déjà suivi les cours et obtenu un A et qui par la suite assiste le professeur. Ils sont là pour aider les étudiants s’ils ont des questions.

–          Les examens sont des énormes QCM, et pour obtenir un B, il faut avoir au moins 80% des réponses justes. En France, un B équivaut à 12/20.

–          Difficultés de faire un stage à cause du visa qui limite les stages au campus, et donc aux labos.

–          Prix excessif pour les loyers : $1000 par mois sur le campus. Dans cette région, tout semble cher, prévoyez beaucoup d’argent avant votre départ !

–          Mais le rêve américain est là !

Spécificités pour le Danemark :

–          Le système des examens/cours est particulier : il faut lire une liste conséquente de chapitres et en discuter en cours. Pour les examens, ils sont sous forme de rédaction de 10 pages environ, à rédiger chez soi, avec tout le matériel nécessaire, et en temps limité. Attention cependant au plagiat !

Je remercie vivement Sevim Li, Yseult Hb et d’autres personnes ayant préférées restées anonymes pour leur partage !

N’hésitez pas vous-même, à partager votre expérience en commentaires. Pour d’éventuelles questions, je ne peux malheureusement y répondre n’étant moi-même jamais partie étudier à l’étranger. 

Publicités

50 réflexions au sujet de « Partir étudier à l’étranger »

  1. Ping : Venez lire la liste de tous les articles du site ! | Etudes de psychologie

  2. En ce qui me concerne, je rentre d’un semestre d’étude en Finlande, dans la la ville de Joensuu (je suis en 3e année). Ca a été une expérience formidable ! Cependant je rejoins un point de cet article : il vaut mieux partir au second semestre si vous en avez la possibilité. Je viens de reprendre les cours du 2e semestre dans mon université d’origine et j’avoue être un peu larguée pour l’instant ! Sinon que du positif, amélioration rapide de la langue (pour moi l’anglais), grande disponibilité des professeurs, qui sont trés flexibles sur les formes d’examens et relativement indulgents dans la notation. Pour être tout à fait honnête je n’ai pas appris autant de choses que je ne l’aurais fait en france mais les bénéfices autres compensent largement ! Je conseille vivement à ceux qui en ont l’opportunité de le faire, vous en garderez des souvenirs impérissables !

    • Bonjour, je me permets de te contacter en ayant une petite lueur d’espoir que mon post te parviendra !
      Je rentre en L3 de psychologie l’année prochaine et j’envisage également de partir en finlande pour un semestre ou même à l’année !
      Je voulais savoir en quelle langue était essentiellement les cours ?

      • Salut Solène ! Je suis dans le même cas que toi concernant ton projet de finir ta licence en Finlande. Je t’écris (également avec une lueur d’espoir) pour te demander si tu as eu depuis, des informations supplémentaires ? Si oui pourrais tu m’éclairer sur certains points ?

        Merci d’avance
        Amélie

  3. Pour ma part je suis partie étudier un an à Sydney en Australie. je le conseille vivement, même si la charge de travail est plus importante qu’en France et qu’il faut un bon niveau d’anglais pour pouvoir partir.
    On peut choisir ses cours, ce qui est vraiment enrichissant pour un cursus. Ils font peu de psychologie clinique mais ça reste très diversifié notamment en santé, cognitive et travail.
    Les profs sont très accessible : ils donnent leur numéro de portable, se font appeler par leur prénoms, répondent très facilement aux mails et aux demandes en tout genre.
    Des td avec peu d’étudiants (15 à 20), il faut lire en général lire un article de 25 pages chaque semaine pour le td, et on a 3 à 4 td par semaine (donc ça fait 3 à 4 articles assez long). Il ne faut pas se laisser submergé et être à jour dans ces lectures globalement. Durant le semestre il y a en général un devoir maison, une présentation oral et des petits QCM en début de cours : c’est le contrôle continu qui compte pour une partie de la note. Les examens de fin de semestre, il n’y en pas toujours et cela dépend du choix des cours, comprennent QCMs, et questions à répondre en une page environ.
    Pour valider un semestre, 3 matières sont nécéssaires, sachant qu’il est possible d’en étudier 4. J’ai fait le choix de choisir une 4ème matière en philosophie le premier semestre et sur le théâtre et l’éducation en Australie au 2ème.
    N’ayant pas fait de stage, je ne sais pas trop ce qu’il en est en psychologie mais je sais que la fac où j’étais aidais les étudiants à en trouver dans d’autres disciplines alors je me dis que c’est peut être également le cas pour la psycho.
    Ensuite hémisphère sud oblige, je suis restée là bas pendant les vacances d’été, l’idéal pour voyager. Par contre tout est cher : le loyer, les transports, les sorties, (l’alcool et les cigarettes sont énormément taxé)…. Prévoir un bon budget. Pays magnifique et partit un seul semestre aurait été pour moi frustrant donc je vous conseillerais de profiter.
    Après le début de l’année c’est juillet, les prix sont exorbitants et les bourses françaises, loin d’être suffisantes, n’arrive généralement pas avant octobre sachant que j’ai touché ma première bourse fin novembre cette année là donc ne vous laissez pas surprendre. Le bon côté de cette histoire c’est qu’il est facile de se trouver un petit job à côté pour mettre du beurre dans les épinards.

    • bonjour,je souhaiterais faire mes études entieres à l’étranger car je voudrais vivre au Etat-Unis et donc faire mon boulot de psychologue là-bas sauf que si je reviens en france je ne pourrais pas vivre ailleurs car il me manquera pleins de termes et il me faudra enormement de temps pour tout connaitre en français et en anglais.Pourriez-vous m’expliquer comment vous vous y étes pris.Combien avez-vous pris(argent).Et m’expliquer votre aventure.
      merci d’avance!

    • Bonjour je souhaiterai partir étudier en Australie, est ce que on pourrais se mettre en contact pour avoir plus d’information ?

  4. bonjour, je suis partie en Equateur en Amérique du sud. Puis j’ai pu en profiter pour backpacker tout l’amerique du sud.
    Si vous avez des questions, vous pouvez me contacter sur mon facebook lucie.cormons@gmail.com

  5. Je suis actuellement en Roumanie, en M1, j’ai peut être pas assez de recul, mais j’ai l’impression que si on est bien dans sa vie en France et que tout roule faut vraiment être cinglé pour partir.
    L’avantage pour moi est que les cours de M1 du premier semestre ont été juste infernaux et j’allais tomber en dépression nerveuse si je restais là. Donc le deuxième semestre ici ressemble à des vacances et je peux enfin me reposer. En effet, si les cours de Master en France sont intenses et durs, ici c’est très léger, et assez simple (bon c’est en roumain, alors faut pas non plus croire que c’est trop trop simple, mais largement gérable vu les 8 à 10 heures de cours qu’on doit avoir par semaine). Je me demande quand même la légitimité de rentrer en France avec des 10/10 donc 20 de moyenne puisque c’est ce que ça donne ici quand on est un bon élève, ça ne peut juste pas être comparable avec un vrai semestre français.
    Sinon le programme Erasmus c’est surtout pour les étudiants qui ont envie d’aller faire la fête pendant un semestre ou un an, parce que sauf exception, la quantité de boulot à fournir est infime et les notes vraiment bonnes, ce qui pousse à ne rien faire à part la fête. Les bourses peuvent facilement dépasser les frais qu’on a sur place (enfin ça dépend du décalage du niveau de vie entre le pays de départ et celui d’arrivée bien sur) et au final on peut repartir avec des sous en plus…
    Il s’agit surtout d’un dépassement de soi (savoir si on est capable de vivre loin de certaines personnes, si la réponse est non, il est peut être trop tard…), une ouverture d’esprit sur les autres en général et sur les manières de vivre, d’apprendre, de travailler.
    Ça dépend vraiment du pays de destination, mais ça peut tourner au parcours du combattant comme au séjour de vacance… alors il ne faut pas se planter dans la coordination du pays avec ses objectifs… et surtout avoir soif d’aventure.

  6. Bonjour!
    Je suis partie un an en ERASMUS en L2 à l’Université de Grenade en Espagne… Ce fut une expérience GENIALE, et c’est pourquoi je l’écris en majuscule, cependant le retour à la réalité… Je m’explique: Je suis partie en L2 et non pas en L3 ou en M1 comme la plupart des étudiants le font. J’ai pu partir car j’ai harcelé le bureau des relations internationales, j’ai bossé toute une semaine sur ma lettre de motivation et j’avais une moyenne correcte en L1 (12.5). Mon arrivée là bas c’est très bien passée, je parlais déjà (pas couramment mais bien quand même) l’espagnol ce qui a facilité mes démarches. Les cinq premiers jours furent difficile pour le moral car changer de ville, de pays, sans connaître personne du jour au lendemain c’est pas vraiment une partie de plaisir quoique… c’est tellement chouette de se dire : il n’y a que moi, je vais construire ma vie… Puis vient la recherche d’appart… en trois jours j’en avais un ! Bien placé, peu cher et coup de bol: avec des supers colocs!
    Puis les cours ont commencé, il faut savoir qu’à Grenade en psychologie, TOUS les cours sont en espagnol, zéro cours en anglais car leur niveau laisse à désirer… puis avec leur accent de toute manière, on ne comprendrait pas un mot!! 😉
    C’est une fac cognitiviste donc fans de Freud s’abstenir… Aussi, j’étais la seule Erasmus dans ma promo, donc intégration difficile, les espagnols me parlant peu… et pas de cadeau pour moi car dixit les profs « tu seras traitée comme une espagnole, on ne fait de de différence ». Ok, on progresse rapidement du coup mais c’est pas facile tous les jours car tout est différent de la France: leur manière de travailler, toujours en groupe, tout est en contrôle continu, en amphis nous sommes… 40 au lieu de 400, ils se tutoient entre prof et élève, ce sont les profs de CM qui assurent les TD et des permanences… Bref, comme un retour au lycée! Le niveau était donc pour moi élevé puisque les cours étaient en soi difficile, mais si on y ajoute la langue…

    Et à mon retour en France, la même vision des choses, c’est à dire que j’ai eu la note que l’on m’a donné là bas, point. Beaucoup de français qui sont revenus d’Erasmus on vu leurs notes augmentées un peu, pour égaliser avec leur collègues français qui n’avaient pas eu toutes ces difficultés mais dans ma fac non. Alors coup dur pour le moral, car je me retrouve en chevauchement( chose incroyable, on me demande de repasser l’UE6 langue…!!) et je n’ai pas les mêmes connaissances que mes camarades donc il s’agit cette année de bosser encore plus dur…

    Cependant, même si je me suis un instant dit: un an d’Erasmus, avec toutes les galères que cela entraîne au retour, « si j’avais su »… et bien je le referai car humainement cela m’a grandi, de vivre seule, loin de tous, avec des connaissances du monde entier, c’est comme vivre dans une bulle! C’est une expérience que je conseille très fortement! Cependant si vous allez dans cette fac et dans cette ville (au niveau étudiant c’est la numéro 1 en Espagne! 🙂 ) il faut savoir qu’en Psychologie, vous ne serez pas là pour vous tourner les pouces comme on pourrait le croire en Erasmus. Il faudra travailler un peu et faire des efforts mais cela vaut vraiment la peine!

    Universidad de Granada, España :
    Points forts : La ville, les horaires de cours, la chaleur des habitants, la BU!!, la proximité avec les professeurs, le nombre élevé d’étudiants, le soleil!, ville TRES PEU CHERE, les tapas!, beaucoup de voyages organisés à prix diminué.

    Points faibles : Fac cognitiviste ;), pas de statut « Erasmus », peu d’aide apportée sur où se loger, comment, etc.

    Je conseillerai cette expérience à partir de la L3, car j’ai moi même une âme à la recherche d’aventure, partir seule loin de tous ne me dérange absolument pas, c’est même quelque chose que j’adore, que j’ai déjà fait, et ayant fait une autre année de fac avant, j’étais prête, mûre, pour partir… Mais faire cette expérience d’un an en L2 si on appréhende ce type de projet, mieux vaut le murir un an et partir l’année d’après!

      • Bonjour Haussaire,
        Je m’intéresse depuis peu à la psychologie, j’en ferais bien des études, et je suis curieux: pourquoi dis-tu « C’est une fac cognitiviste donc fans de Freud s’abstenir… »? De quoi la psychologie cognitiviste est-elle à différencier? J’ai regardé dans une encyclopédie, mais ce n’est pas très clair.
        Merci

      • Charli,

        La psychologie cognitive est très différente de la psychanalyse (Freud), c’est une vision différente de comprendre l’individu. Tu devrais te renseigner un peu plus, je ne pense pas qu’une encyclopédie soit suffisante pour cerner certaines bases …

  7. Bonjour à tous ! Je vais partager mon expérience un peu différente 🙂
    J’étudie à distance avec l’IED de paris 8, je suis en M1 psychologie clinique. J’ai fait ma licence à distance également avec l’université de Reims.
    Erasmus impossible pour moi, car l’organisation administrative à distance laisse énormément à désirer…. Bref, je suis partie par mes propres moyens.
    Arrivée en Espagne, à Murcia (pas très loin de toi Haussaire!), je vais faire les démarches pour m’inscrire à l’université ici, obtenir les équivalences et intégrer directement le système universitaire espagnol. Pourquoi ? Parce que j’en ai assez d’étudier à distance, j’en ai assez des universités françaises et de leur organisation chaotique (voir catastrophique). Certes, on dit que le niveau est « meilleur » en France. J’ai du mal à comprendre…. Ici, je ne suis même pas sûr de valider l’équivalence de ma licence car ils ont beaucoup plus de matières que nous et le niveau me semble assez élevé ! Comme le dit haussaire, l’organisation est complètement différente. Et chose qui m’a le plus supris : ils te trouvent ton stage, ont des partenariats avec les associations, organismes, hopitaux et autres, et t’envoie directement dans la structure de ton choix…!!! La psychanalyse est beaucoup moins présente, et ils axent beaucoup plus sur la pratique (le travail de recherche comptant beaucoup moins, et a d’ailleurs été mis en place depuis les accords de bologne). Pour ce qui est de la vie, que dire ? Malgré la crise, les gens sont agréables, tout est tellement peu cher, les loyers, la nourriture, les sorties, la mentalité est complètement différente. Autre différence : après 40 candidatures pour un stage en france et 0 réponse positive, j’ai trouvé 2 stages en une semaine et après 4 candidatures ici…. Bref, j’espère vraiment pouvoir intégrer la fac espagnole, je vais postuler à Murcia et Salamanque ! Il n’y a pas qu’Erasmus pour voyager 😉 on apprend très vite la langue (après 4 mois je pense me débrouiller convenablement) ! Etant sur place, si vous voulez d’autres infos, n’hésitez pas !

    • J’espère que tu réussiras à intégrer la fac! En tout cas je te souhaite de passer une super année et bon courage! 🙂

    • Bonjour,

      Je suis étudiante en L3 de psycho cette année, en reprise d’études à distance avec l’université de Rennes, car j’habite en Ethiopie pour le travail. Peu satisfaite des cours et de l’approche française (surtout l’accent sur la psychanalyse et trop peu d’ouverture sur d’autres théories beaucoup plus intéressantes – notamment anglo-saxonnes), j’aimerais continuer à étudier à l’étranger. J’avais initialement pensé faire mon Master à distance avec l’IED Paris 8 mais le partage de ces expériences confirment ma réticence. Je ne sais pas encore où aller étudier car cela dépendra d’où notre vie professionnelle peut nous mener. J’aurais aimé toutefois savoir si vous avez connaissance des conditions de validation/équivalence à satisfaire afin de pouvoir obtenir le titre de psychologue reconnu par la France si l’on étudie à l’étranger. Merci et bonne continuation à tous.

      • Salut,

        Je suis bien curieuse de savoir ou tu en es avec tes études

  8. Bonjour! je suis étonnée qu’il n’y ai pas encore d’expérience d’études en Angleterre! je vais pouvoir vous venir en aide alors! j’ai effectué 3 ans de psychologie là bas (un bachelor of science in psychology, l’équivalent d’une licence), et vais réintégrer le système français l’année prochaine… Je connais mal le système français, mais en Angleterre nous avons environ entre 8 et 10 heures de cours par semaine, avec à peu près les mêmes cours qu’en France mais une forte insistance sur les statistiques et les méthodes de recherche (ce sont les seules matières qui doivent absolument être réussis afin de passer à l’année supérieure), qui cependant disparaissent en 3ème année pour faire place à un projet de recherche où on met en pratique ces matières. Aussi pour chaque matière il y a une dissertation d’environ 16 pages en troisième année à faire chez soi, et un examen en fin d’année qui sont des minis-dissertations à faire en 2 heures. Les devoirs sont notés sur 100, en pourcentage, et il est nécessaire d’avoir minimum 40% pour réussir la matière.

    Ici il est hors de question d’aborder la psychanalyse pour expliquer les troubles psychologiques: même si on a des notions, les profs la critiquent beaucoup, ils sont très Cartésiens et les étudiants anglais doivent trouver des études pour démontrer l’efficacité de chaque théories, et doivent être capables de critiquer ces études pour les améliorer. En psychologie clinique les profs ne jurent que par la thérapie cognitivo comportementale. Et beaucoup de psycho cognitive. Il faut savoir qu’ici (Londres) les études sont chères (dans mon université, 3400 livres à l’année) et les logements aussi… mais les étudiants font des emprunts spéciaux qu’ils remboursent une fois salariés. Sinon les cours sont agréables, les profs ont beaucoup d’humour, les étudiants sont très fetards et sociaux. Ici le bénévolat même en psychologie est très populaire et c’est facile de trouver des missions, pour ce qui est des stages je n’ai pas d’informations.

    • Bonjour Camille,

      Toi qui a eu la chance EXTRAORDINIARE d’effectuer une partie de tes études de psycho dans mon pays de coeur, j’ai une petite question à te poser. Actuellement en M1 développement à Nanterre, j’ai le projet de m’expatrier en Angleterre à la fin de mes études de psychologie et d’y entreprendre un doctorat en psychologie du développement.

      Mon niveau d’anglais ( compréhension orale et écrite ) est assez bon et je me débrouille assez bien niveau oral parlé même si j’ai un acccent déplorable, pour l’instant.

      Ma question est la suivante : Penses-tu que je puisse intégrer un master de psychologie directement après mon diplôme en France ? C’est-à-dire obtention de mon M2 en France en juin et début du master anglais en septembre ? Où penses-tu qu’il serait plus judicieux de prévoir une année de battement en Angleterre avant de m’inscrire en master de psychologie ?

      • J’oubliais de préciser j’ai vécu une année à Londres après mon bac et je suis en M1 psycho du développement !

  9. Bonjour,
    Je suis actuellement en Bac Lettres De Tunisie et je souhaite me réorienter, l’année prochaine, en faculté de psychologie, à Paris.
    Cependant, malgré mes recherches, je n’arrive pas à trouver une liste complètes des facultés de psychologie de Paris, ainsi que leur domaine principal (clinique, social , cognitif etc…)
    De fait, je voudrais savoir si vous pouviez me renseigner sur les facultés de psycho de Paris, et surtout me préciser leur domaine principal. Si vous avez d’autres informations à me donner sur, par exemple,la réputation de la faculté en question, comment se passe les cours, comment sont ils constitués, le travail à la maison etc … C’est avec grand plaisir que je les lirai.
    Personnellement­, je suis plus tenté par la psychologie sociale
    De plus, je sais que ces études ne présentent pas énormément de débouchés, cependant, je n’ai pas trop de précision là dessus. Si vous en avez, c’est volontiers.
    Merci à tous pour votre attention et vos informations

    • Bonjour,

      Je te conseille d’aller lire l’article qui récapitule tous les articles que j’ai posté, tu as entre autre l’article sur tous les masters en France et donc les spécialités de chaque fac !

  10. Au Portugal non plus on ne fait pas de psychanalyse, mais tout le reste et c’est très enrichissant! C’est comme ça que j’ai découvert l’école de Palo Alto entre autre et je ne regrette pas! Pays très accueillant où je n’ai connu aucune galère 🙂

  11. Bonjour, j’aimerai effectuer ma 3ème année de Psychologie à Murcia en Espagne. Cependant, sachant qu’il faut faire un stage en L3 je me demandais si ce n’était pas un peu la galère pour en trouver un à l’étranger ou est ce qu’on ne le fait pas ? Merci! 🙂

  12. Bonjour à vous tous,

    Voilà j’ai pour projet d’effectuer un stage au second semestre au canada dan sle cadre de mon master 1 de psychologie clinique spé Psychopathologie à Bordeaux. Sachant que j’ai déjà validé mon mémoire et donc fait auparavant mon stage obligatoire, il s’agirait en fin de compte d’un stage en plus afin de me perfectionner dans ce domaine et découvrir de nouvelles méthodes de travail, de recherche et une nouvelle culture.

    Je me demandais si parmi vous il y aurait quelqu’un qui aurait une expérience la bas et qui pourrait m’indiquer quelques structures (hôpitaux, cliniques…) à contacter qui seraient susceptibles de prendre des stagiaires étrangères?

    Merci pour votre attention et votre aide!

    Bon courage à tous pour vos recherches!

  13. Bonjour, je souhaiterais partir en nouvelle-Zélande pour faire mes études de psychologie, par mes propres moyen. Mais j’ai quelque difficulté a trouver des informations, notamment sur les cours proposé et le prix des universités. Si quelqu’un a des informations je suis preneuse =)

    • Bonjour, je souhaite faire la meme chose que toi, étant donné que ta publication date un peu as tu de nouvelles informations qui pourraient m’aider ?
      Merci par avance

  14. Bonjour,

    Savez vous s’il existe un Master psychologie du travail tourné vers l’international? Si oui, Dans quelles villes? Je suis actuellement en L3 en semestre erasmus A Madrid

  15. Bonjour,
    Attention cependant à bien suivre l’intégralité de votre formation dans le même pays ou bien de partir « accompagné » car les équivalences de diplômes changent selon les pays (et même en Europe !).
    Par exemple Adeline a commencé ses études de psychologies en France et a souhaiter les terminer en Espagne. Malheureusement elle n’a pas pu continuer la formation qu’elle souhaitait car c’était différent là-bas et a changé son projet professionnel. Plus d’info sont ici dans son témoignage : http://www.jeunes-a-l-etranger.com/etudier-a-l-etranger/interviews-etudiants/etudier-espagne-sans-erasmus

  16. Bonjour, j’ai 17 ans et je vais entamer ma dernière année de Lycée dans quelques jours, soit une Terminale Littéraire. Je suis un peu perdue car après ma Terminale L, j’aimerai partir en Irelande pour faire fille au pair afin d’améliorer mon anglais. Après cette année je serai normalement bilingue et j’intégrerais une fac de psycho en France. J’aimerai partir étudier à l’étranger comme vos témoignages car j’ai comme projet de travailler à la fin de mes etudes dans un pays anglophone. Pensez vous que mon année de Fille au pair est une perte de temps ? Ou cela pourrait être un plus ? Voilà je ne sais pas si mon message est très clair mais je voudrais quelques conseilles….

    • Franchement c’est une très bonne idée ! Les années sabbatiques (les vraies hein, pas celles où tu passes une année sur le canapé) ne sont pas très bien vues et encouragées dans le système éducatif français MAIS d’autres pays (notamment les pays scandinaves et anglo-saxons) permettent et sont même ravis de voir ce genre de choses sur le parcours d’un étudiant.
      Je suis étudiant à la FAC de Psychologie d’Aix-en-Provence. Alors, je vais être honnête mais prends bien en compte que je ne connais que la FAC d’Aix, ne te limite pas à mon avis. NE FAIS PAS PSYCHO’ EN FRANCE !!!!!!!!!!! Si tu prévois de t’installer à l’étranger pour pouvoir y vivre il faut que tu saches que pas mal de réformes ont été envisagées et établies: un master gagner en FAC ne vaudra bientôt plus rien aux yeux de l’international (pour le doctorat c’est pire encore).
      Je prévois de partir à l’étranger moi aussi, je peux donc te conseiller quelques FAC/lieux et cursus:
      – Montréal: C’est une ville bilingue et le Canada joue des coudes avec les USA car c’est un des pays qui produit le plus de recherche en psychologie (plus que le R-U). De plus, un diplôme à l’UdM par exemple te permet de travailler n’importe où au Canada, même en partie anglophone. De plus, le marché du travail est 100x plus intéressant là-bas (du jobs étudiants à un vrai poste). En plus, pour nous Français, les frais d’inscriptions sont plus avantageux que pour les autres étudiants internationaux (on paye le même prix que les étudiants canadiens hors-Québec).
      – Padoue (Padova): Ville en Italie, entre Venise et Vérone. Le système italien est assez similaire au système anglo-saxon mais avec l’avantage d’être très peux cher. Néanmoins le système éducatif italien est hyper performant (supérieur à la France concernant certaines FAC). A Padoue il y a un cursus exclusivement dispensé en anglais (Psychological Science) qui dure 3 ans et qui te donne la possibilité de poursuivre un master où tu veux.
      – Dublin/Irlande: Tu vas en Irlande, pas besoin de trop détailler 😉
      Tu dois tout de même savoir que l’enseignement est top (rivalisant avec le Royaume-Uni par exemple) et très abordable. En plus le Gouvernement Irlandais peut te lâcher une bourse 😉
      – Edimbourg/Ecosse: Pareil que Dublin sauf que c’est aux mêmes prix qu’en Angleterre
      – Suisse: La plupart des diplômes suisses sont reconnus internationalement et certains cursus sont proposés en anglais !
      – KU Leuven (Belgique): Une super bonne FAC ! Elle donne tous ses cours en anglais 🙂

      Voilà, j’espère t’avoir donné quelques bonnes pistes pour tes recherches (APPROFONDIS LES ! Ton choix est personnel, tes recherches doivent l’être tout autant)
      Et n’hésite pas à changer de ville en France pour la FAC. Chaque FAC a plus ou moins son propre programme et ses accords internationaux. Vérifies bien ça !

      • Pourrions nous discuter à propos de ça car j’ai quelques questions et j’aimerai parler sur ça avec quelqu’un qui a de l’expérience je veux dire qui est en fac pour me renseigner afin de voir si je veux vraiment faire ça.. car je suis un peu perdue… et je n’ai pas très bien compris ton message mercmerci

  17. Bonjour,
    Je vais rentrer en L3 de Psychologie.
    Je voulais savoir si il était possible de partir pour le second semestre encore à l’heure actuelle? Et si éventuellement quelqu’un est au courant des pays ou universités les plus appropriées pour renforcer la Psychologie Sociale?
    Merci d’avance !

  18. Bonsoir à tous,
    Je suis actuellement étudiant en L2 de Psychologie à Toulouse et je commence à regarder les modalités pour effectuer une année à l’étranger. J’ai déjà repéré la ville souhaitée (Montréal au Canada), seulement une question subsiste :
    Dois-je partir pour ma 3e année (L3) ou pour mon Master 1 ?
    Bien sûr je sais que la plupart des étudiants partent pour leur 3e année car niveau cours c’est plus confortable, mais on m’a récemment rapporté qu’il était bien plus intéressant pour l’apprentissage de la psychologie de partir en M1, surtout à la fac de Montréal.
    Si quelqu’un aurait un avis/une expérience ou un conseil, je suis preneur !
    Merci d’avance à vous 🙂

    • Bonsoir !
      As-tu eu des renseignements ou des réponses suite à ta demande ? Car c’est aussi un projet qui me trotte dans la tête, je suis aussi étudiante en psycho à Toulouse, donc si tu as quelques infos je suis preneuse 😉
      merci d’avance !

      • Salut, je suis aussi en psycho sur Tpulouse, ce se complique pour la poursuite d’étude avec toutes les réformes qu’ils sont entrain de mettre en place. Je me demandais si tu savais s’il était possible de partir faire son master la bas, mais pas avec ERASMUS. Juste m’inscrire dans l’école et terminer ma formation pour avoir mon diplome puis revenir ici et travailler !
        merci d’avance!

      • Salut Léa !
        Alors j’ai décidé de postuler pour partir à l’étranger l’année prochaine ! Après plusieurs témoignages, la L3 reste la meilleure année pour partir. Sachant déjà quel master je veux faire, ça me permet de sauter le programme hyper lourd de L3, d’étudier des cours « à la carte » super intéressant (on m’a conseillé de choisir tout ce qui me plaisait, sans restriction) et surtout de rentrer en Master avec un bon niveau d’Anglais !
        Pour l’information, j’ai donc postulé pour Montréal, mais Jean Jaurès ne proposant que 2 places (pour une vingtaine de demandes), j’ai postulé à côté pour un Erasmus. Pour l’instant rien n’est décidé mais croisons les doigts ! 😉

        En réponse à l’autre Léa, il est effectivement possible de faire son master à l’étranger, mais si tu veux faire les deux années là-bas, tu payeras plein pot la fac, et tu dois également vérifier que le diplôme que tu obtiendras ait une équivalence en France (ce n’est pas le cas partout).
        Sinon tu peux partir une année en M1 avec la fac et revenir pour faire ton M2. C’est toi qui vois.
        Et puis je ne crois pas que les réformes vont changer grand chose pour les études à l’étanger, à voir mais je suis confiant 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s