Comment diagnostiquer un Episode Dépressif Majeur? (Critères, que dire au patient, différentiel)


Depression (1)Pour un étudiant en psychologie, il est essentiel de savoir reconnaître un patient qui souffre de dépression. La dépression n’est pas à confondre avec les périodes de tristesse, qui sont « normales » et qui n’engagent pas spécifiquement un traitement médicamenteux, ni une psychothérapie.

 Dans cet article, je vous ai mis les critères diagnostiques (selon de DSM-IV-TR) et des « phrases types » en italique, pour vous aider à questionner un patient. 

Quels sont les critères d’un Episode Dépressif Majeur (EDM) ?

1.  L’EDM se caractérise par une humeur dépressive et/ou une perte d’intérêt ou de plaisir.

 Demander au patient s’il se sent cafardeux, déprimé, triste ? Est-ce qu’il a perdu le goût pour les choses qu’il aimait faire avant (loisirs, travail, être avec ses amis..) ?

(Chez l’ado ou enfant, la dépression peut s’exprimer plus particulièrement par de l’irritabilité.)

 2. L’EDM doit au moins durer deux semaines.

 Evaluation de la durée des symptômes : l’humeur dépressive est-elle présente tous les jours ? Toute la journée ? A quel moment de la journée est-ce le plus dur ?

Parfois, le patient ne sait pas reconnaître ou nommer sa tristesse ou sa perte d’intérêt, il est alors nécessaire de le questionner davantage sur des critères plus facilement identifiables. (Même si le patient reconnait ses symptômes dépressifs, il est nécessaire d’évaluer les points suivants). Les critères suivants doivent être présents presque tous les jours, sur les deux semaines.

3.  Perte ou gain de poids important. Y-a-t-il eu une diminution ou augmentation de l’appétit ?

4. Insomnie ou hypersomnie. Comment se passe le sommeil ? Si le patient dort mal, l’interroger sur ce point (réveil nocturne ? Ruminations la nuit ? Réveil précoce ?) Combien d’heures dort-il? 

5.  Agitation ou ralentissement psychomoteur. A-t-il l’impression de se déplacer plus lentement, de parler plus lentement, ou au contraire, d’être agité ?

6.  Fatigue ou perte d’énergie.

7. Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive. Se sent-il coupable, ou sans valeur en ce moment ?

8.  Diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision. A-t-il du mal à se concentrer (par ex, pour lire un livre ?), à prendre des décisions dans la vie quotidienne ? Est-ce que tout lui demande un effort ?

9.  Pensées de mort récurrentes (pas seulement une peur de mourir), idées suicidaires. Il faut absolument interroger le patient sur ses idées noires. Ça ne doit pas être une question taboue ! Avez-vous des idées noires ? Si, oui, depuis combien de temps ? Avez-vous pensez à vous faire du mal ? Avez-vous pensé à vous suicider ? Avez-vous un plan précis pour le faire ? Interroger le patient aussi sur d’éventuelles précédentes tentatives de suicide. Il faut vraiment y aller doucement, mais tout de même poser les questions. Si vous soupçonner un réel risque suicidaire, contactez rapidement un psychiatre.

En conclusion, le patient doit présenter une souffrance significative et les symptômes dépressifs alternent son fonctionnement social, professionnel et personnel. Le patient (ou ses proches) doit vraiment voir un changement dans son attitude ou ses humeurs. 

cercle-vicieux1285283410

Diagnostic différentiel : Ne pas confondre la dépression avec …

  •  La dysthymie se caractérise par une humeur dépressive, durant au moins 2 ans, où la personne n’a jamais eu de périodes de plus de 2 mois consécutifs sans présenter de symptômes dépressifs. Les symptômes sont moins sévères, mais chroniques.Concrètement, auprès d’un patient, il faut toujours évaluer la durée des symptômes !
  • Le trouble bipolaire : la personne a connu des épisodes de dépression majeure + un/ou des épisodes maniaques ou hypomaniaques. Concrètement, demander au patient s’il a déjà vécu des périodes où il était tellement exalté, plein d’énergie que cela à poser des problèmes. Lui a-t-on déjà fait remarquer que son attitude était anormale à cette époque? Y-a-t-il eu des conduites à risque (excès de vitesse par ex.) … 

9782226206053gCet article est synthétique, pour maîtriser au mieux la sémiologie concernant la dépression, je vous renvoie évidemment à vos cours et à des livres sur le sujet ! 

Egalement, ce site ( Info-depression.fr) est très utile pour vos (futurs) patients ou vous-même, car oui, ce n’est pas parce qu’on est étudiant en psychologie qu’on est immunisé contre la dépression. Si vous vous reconnaissez dans tous ces critères, n »hésitez pas à consulter ! 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Comment diagnostiquer un Episode Dépressif Majeur? (Critères, que dire au patient, différentiel) »

  1. Ping : Venez lire la liste de tous les articles du site ! | Etudes de psychologie

    • Ca dépend des facs … Certains ne le voient même pas. Ce n’est pas un cours à proprement parler mais une association des critères du DSM + des questions cliniques à poser au patient. Bonne lecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s