S’intégrer à la fac (quand on est nouveau, quand on change de fac …)


pas-facile-de-s-integrerS’intégrer à l’Université, que ce soit la première fois ou un changement de fac, ce n’est jamais simple.

Tout d’abord, afin d’avoir l’esprit serein, je vous conseille d’être au point et de régler toutes vos démarches administratives. Lorsque que vous êtes en première année, vous pouvez vous sentir débordé, n’hésitez pas à demander de l’aide. Aussi, lorsque vous changez de fac, vous devez effectuer un dossier de transfert, qui peut mettre beaucoup de temps selon les universités …

Dans un second temps, la fac impose de nouvelles règles qu’il faut vite saisir. Lors d’un changement d’université, vous vous rendrez vite compte que votre nouvelle fac n’a rien à voir avec l’ancienne. Pour cela, le mieux est de ne pas s’isoler, mais plutôt d’être solidaire et en groupe. Eh oui, la fac c’est un peu la jungle !

Si vous êtes de nature extravertie vous n’aurez pas de mal à aller vers les autres. Le plus simple est souvent de se rapprocher des autres étudiants lors des TD, en petit groupe, c’est beaucoup plus simple que dans un amphi.

Pour les plus timides, vous pouvez trouver des excuses, comme demander un passage du cours ou un document (proposez évidemment votre aide en contrepartie!).

Aussi j’attire votre attention sur le fait qu’on peut très bien s’entendre avec une personne pour sortir ou faire la fête, mais pas du tout pour travailler ! Vos amis ne seront pas forcément les personnes de votre groupe de travail. Un groupe de travail est vraiment utile lorsqu’il est dynamique et sérieux. C’est difficile à constituer mais au fil des années, c’est possible !

Egalement, impliquez-vous en participant à la vie étudiante. L’Université ou votre BDE propose de multiples activités ou événements, ne soyez pas timide et lancez-vous ! Vous ne le regretterez pas. Il existe également des semaines ou week-end d’intégration, sans dépasser vos limites, vous pouvez évidemment y participer et ainsi sympathiser avec des étudiants de votre promo !

Rejoindre les groupes Facebook de votre promo vous permettra aussi de poser vos questions et de vous sentir moins seul !

Pour les futurs M2 angoissés à l’idée d’intégrer une nouvelle fac, je vous conseille de relativiser. Il ne s’agit que d’une année. Aussi, il y aura d’autres étudiants comme vous qui arriveront pour la première fois dans cette promo. C’est aussi un nouveau départ pour vous. Evidemment, ça ne sera pas simple au début, mais vous vous intégrerez facilement grâce au petit effectif. Aussi, pensez d’ores et déjà à constituer votre réseau professionnel!

La rentrée universitaire approchant je vous souhaite à toutes et à tous de belles rencontres et une belle année étudiante !

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « S’intégrer à la fac (quand on est nouveau, quand on change de fac …) »

  1. Intéressant ! Je m’interroge sur la différence d’âge pour ma part, mais je serai fixé dans l’année à venir ! 🙂

      • Je n’irai pas jusqu’à l’obsession 🙂 C’est juste une étape importante (et qui concerne au fond tout un chacun) que l’on a envie de réussir, alors forcément on se pose des questions 🙂 Merci encore pour ton billet en tout cas ! 😉

  2. Je me permets de rebondir. Je ne suis pas d’accord avec vous, la différence d’âge à son importance. En particulier en cas de reprise d’études. Mais pour être dans la situation, s’il y a une réelle différence de vie ( rapport au travail, au marché et développement psychoaffectif) il y a tous les âges dans l’amphi et dès lors cela n’est pas un facteur majeur d’exclusion. Par ailleurs, selon votre parcours précédent, pour avoir était enseignant en amphi de M2 ( vacataire droit & Sociologie) il y a une collusion a éviter avec les enseignants qui pour la plupart, aime le rapport hiérarchique, et son bloqué dans des postures symboliques, dès lors, le parcours précédent apportera à la pratique, mais pas à l’enseignant.

    Enfin je conclurai mon commentaire en disant que rien n’est aménagé justement pour ceux qui reprennent des études, à part l’un des professeurs, les autres ne font même pas d’examens différents pour les régimes dérogatoires. Donc si vous devez être dans un cas particulier quel qu’il soit, préparer vous à accepter l’idée de rentrer dans le rang si vous souhaitez réussir, car même si l’université prévoit votre cas cela sera difficile. Mais si vous savez pourquoi vous êtes là, alors vous accepterez tout cela et irez jusqu’au bout.

    • @Clémence, merci ! 🙂

      @Sébastien, bonjour et merci pour votre intervention qui donne un regard complémentaire et vient préciser le fait qu’il existe plusieurs types d’intégrations : avec ses pairs d’une part (étudiant-étudiant), avec le rang professoral d’autre part (hiérarchie professeur-étudiant) comme vous le mentionnez mais également organisationnel (codes et conventions d’un système, ici l’université).

      Au premier niveau, la question peut effectivement se poser. La personnalité (timide ou pas), le parler, l’humour, la vision des choses (de la vie), les priorités, le style de vie (fêtard ou pas notamment, sans vouloir tomber dans les clichés faciles de l’étudiant et de l’idée qu’on peut s’en faire, ce que j’appelle les « référents générationnels » (comprendre : les références sociétales (lectures/séries/émissions/héros divers…) qui marquent telle ou telle génération et qui font office de « liant socialisant » (Goldorak ou Rihanna ? lol), le fait de fumer ou pas (si, si…malheureusement !) etc. qui sont autant de vecteurs de liens sociaux et influent forcément sur la capacité à s’intégrer, à se faire intégrer (/accepter ?) et à tisser des liens (quid de l’authenticité/solidité de ces derniers ?).
      C’est pour ma part, et comme je l’ai exprimé précédemment, à ce niveau-là que je m »‘inquiète » le plus, ayant remarqué tous ces décalages dans le cadre professionnel.

      Quant à votre remarque, Sébastien, sur le rapport prof-étudiant et le cadre universitaire, je n’y avais pas trop pensé jusqu’à aujourd’hui mais elle est très pertinente.

      La personnalité, le parcours perso et professionnel (ayant fait du management) font que les rapports hiérarchiques et/ou les rapports professeur-étudiant peuvent être perçus et vécus plus ou moins bien (ou pas).
      En Chine par exemple, les relations sont assez différentes là-bas. Il est assez courant que les profs et les élèves mangent ensemble à l’occasion au resto par exemple (en groupe bien sûr…). Pour avoir vécu là-bas plusieurs années et y avoir été prof (de français langue étrangère), je me suis adapté et j’avoue que j’y ai pris goût ! Ça « déformalise » la fonction de prof, ce qui n’empêche en rien la considération et le respect mutuels.
      La France reste un pays très rigide/conventionnel… et rester dans les cases est une condition sine qua non pour une intégration sociale réussie. Evoluer en dehors est possible mais beaucoup plus difficile.

      Pour anecdote, j’ai déjà repris des études il y a 10 ans en L1 LEA (j’avais alors 27 ans) et l’un de mes profs, fraîchement sorti de M2, chargé de TD était plus jeune que moi 🙂
      Ça s’est très bien passé, mais je pense que ce qui a aidé entre autre est son « jeune âge » qui le rendait plus « accessible » et moins formaliste (tant mieux en ce qui me concerne !).

      En psycho par contre (discipline qui me paraît plus « élitiste » au niveau du corps professoral), il y a de grandes pontes (comme en droit/socio je suppose ?) avec une reconnaissance au moins au niveau national pour ne pas dire plus et le statut social qui va avec…et donc logiquement des profs qui tiennent, comme vous le dites très bien, à un certain positionnement de la part de l’étudiant, peu importe son âge.

      Pour conclure, je dirais donc s’intégrer avec ses pairs et rester à sa place, faire profil bas pour ce qui est du reste (ce que je trouve plus délicat à presque 40 ans qu’à 20 ans lol)
      Oui, je sais pourquoi je suis là et pourquoi je reprends à nouveau des études, je vais donc devoir me « mettre au pas » pour atteindre les objectifs que je me suis fixés… c’est gentil de me prévenir 🙂

      Bonne soirée !

      • Pour ce qui est des « pontes », on est loin du temps d’Anzieu et de Lacan, se sont des enseignants comme les autres, idem en droit et socio, de nos jours on fait carrière. Souvent les « pontes » avec quelques exceptions, sont désormais dans de grandes écoles. D’autant que de nos jours le corps enseignant est internationalisé et l’anglais fait souvent défaut à nombre d’entre eux, alors une troisième langue ! Je vous rejoins sur la posture de l’enseignant en France, je pense, enfin, je suis sur que j’étais le seul dans mes Master à déjeuner avec mes élèves et à préférer le concept de séminaire. Je dirai qu’en Psycho, il y a un autre élément: l’absence d’esprit de corps. En effet suite à des querelles de clocher que l’on vous présentera comme des Summa Divisio, car ils les vivent ainsi, ils ne peuvent déjà pas entre discipline s’entendre, avec des querelles incroyables, au sens littéral. L’autre élément est une problématique plus contemporaine. Il y a un soucis de rapport à l’épistémologie, faisant de scientisme plutôt que du scientifique, et des lors, ils ont des soucis de légitimité, et de légitimation de leur expression de ces querelles au sein de leurs enseignements. En résumé, si l’on est réaliste, que l’on se souvient qu’il faut prendre les cours pour ce qu’ils sont, et non pour des espaces réflexifs, que l’on se souvient que même en psycho les profs sont des êtres humains… Bref se souvenir pourquoi on est en Psycho !

  3. Bonjour, en ce qui me concerne je retourne dans la filière et l’université dans laquelle j’étais l’an passé ( je m’etais réorientée dans une autre université) mais je vais arriver au debut du second semestre et j’ai peur de pas réussir à m’integrer à aller vers les autres etant donné qu’il vous tous se connaitre depuis 3 mois. quels conseils auriez vous à me donner?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s