Témoignage: Mathilde, étudiante à l’IED (ou comment étudier la psycho à distance)


imageAujourd’hui, je vous présente un article vraiment complet sur les études de psychologie à distance ! Au programme: Mathilde, étudiante en psychologie, termine ses études à l’IED. Elle vous parlera des tarifs, de son organisation, des écoles proposant des cours à distance, de son expérience et bien plus encore ! Je la remercie infiniment d’avoir pris le temps d’écrire ce texte qui renseignera, j’en suis certaine, plus d’un(e) étudiant(e) … 

 » Mi-Septembre, c’est déjà la rentrée, à peine quelques jours après le grand retour non pas des supers vacances au soleil « monoï-plage et bikini » mais de la  super-période-de-grand-stress appelée aussi « examens » ! Eh oui, quand on est étudiant en psychologie à l’Institut d’Enseignement à Distance (IED) de l’université de Paris 8, ses vacances d’été, on les passe à réviser, session d’examen en Septembre oblige. Pas glop me direz-vous ? C’est vrai, mais on s’y fait. Voilà déjà 4 années que je me suis lancée dans des études de psychologie. Un jour, ça m’a pété au casque « Tiens ! Et si je devenais psycholoooogue ! ». Ayant déjà fait des études et travaillant à temps plein, je ne me voyais pas cesser mon activité professionnelle pour retourner sur les bancs de la fac. La solution : étudier à distance. Ni une ni deux, me voilà sur le site de l’IED et hop,  quelques clics et c’est partiiiiiii pour l’aventure !!!! Et quand je dis aventure, je ne mâche pas mes mots, étudier à distance c’est un peu Kho-Lanta.

Allez j’vous raconte !

Déjà pour vivre cette aventure, faut avoir de la ressource … et à tous les niveaux. Et oui cette aventure a un coût, et pas des moindres ! Comme dans toute fac, il y a les frais d’inscription, les droits universitaires et la sécurité étudiante. S’y rajoutent les frais dus à l’enseignement à distance …ça fait rêver ! En chiffres ça donne ça -> pour la rentrée 2013/14 : en Licence  494€ pour l’enseignement à distance + 399,10€ pour l’inscription pédagogique et les droits universitaires (ou 188,10€ sans la sécu étudiante) ; Et en Master : 1620€ + 470,10€ (259,10€ sans sécu). A tous ces frais se rajouteront les déplacements sur Paris (2 à 3 fois/ an) et l’hôtel pour ceux qui n’ont pas de pied-à-terre sur place …                     

 Bon malgré tout, j’ai pris ma décision et je suis MO-TI-VEE … Dans l’enthousiasme du moment, je m’inscris !  Et me voilà officiellement étudiante en psychologie à l’université de Paris 8 !!!

Mon cadre de cours … mon bureau ou le café d’à côté, tout ce qu’il me faut c’est mon ordinateur et quelques neurones. Et c’est le début d’une graaaande histoire d’amour : désir et excitation (la nouveauté), fusion (accès à la plateforme d’enseignement illimité et nuits passées à rédiger les projets), lassitude (à la suite des nuits passées à rédiger les projets), coups de gueule et pleurs (sentiment parfois de sacrifier la « vraie vie » et les « vrais gens », pression de la réussite, volume important de cours…) et finalement réconciliation (ce sont tout de même des études passionnantes)…

Bref c’est avec mon ordinateur que dès ce jour, je vais passer le plus clair de mon temps. Enfin, lui et … les « PUFs » … ces vilains gros livres verts et violets souvent indéchiffrables qui nous sont envoyés  en début de Licence et en début de Master. Le reste des cours est déposé par chaque professeur sur la plateforme d’enseignement à distance. Cette plateforme, c’est notre fac. Elle permet de contacter les enseignants, de déposer les devoirs, de discuter sur des forums avec d’autres étudiants, et bien sûr d’accéder aux cours. Bon les PUFs sont un peu imbuvables mais les cours déposés par les profs sont globalement intéressants et souvent très précis avec beaucoup d’articles complémentaires, parfois des liens internet, parfois des diaporamas. Quant aux profs il y en a des très disponibles et d’autres totalement absents…  Pour la plupart ils sont chercheurs, professeurs dans d’autres facs (à Paris, Bordeaux, etc), et bien sûr  praticiens (institutions, libéral).

livre

Mais revenons-en aux cours … Là encore les débuts ont été difficiles. Il y a 16 matières par an pour les années de Licence et   12 pour les années de Master (dont le Mémoire de recherche et le stage). Les diverses matières sont regroupés en « unités d’enseignements » (comme dans toutes les facs). Par contre pas de progression pédagogique dans l’enseignement au cours de l’année, nous disposons de tous nos cours dès notre inscription prise en compte et il n’y a pas de cours plus abordable qu’un autre. Il ne reste qu’à choisir une matière qui sonne bien et …se lancer … commençons par …  « ???!!!!**% ??! » …  Première année, première page du premier cours, c’est bien simple je ne comprenais RIEN ! Enfin si, je comprenais que ça allait être vraiment laborieux sans personne concrètement présente pour m’aider, m’expliquer, m’encourager. Désespérée me voilà partie pour quelques semaines où l’étude est à la fois excitante (c’est nouveau) et pénible. Apprendre à se débrouiller seule et développer des stratégies pour résoudre les problèmes (fréquents), c’est une grande spécialité de cette formation….

Pour pallier un peu à cette solitude de l’étudiant à distance, 1 à 3 fois l’an, nous nous retrouvons à l’université de Paris 8 pour suivre des cours avec des profs EN VRAI. Ce sont les « regroupements ».

Les  examens  eux,  ont lieu en Juin pour la première session et en Septembre pour la deuxième. Il n’y a pas de session de rattrapage, donc ça passe ou … tu repasses l’année d’après. Les examens se déroulent sur 2-3 jours consécutifs et il y a  4 épreuves par jour d’une durée d’1H30/2H. Ces temps d’examens prennent l’allure de marathon où malgré la fatigue accumulée par les révisions il faut mobiliser l’énergie restante, ne pas faiblir et viser la validation avec mention des 4 épreuves sur table par jour. Dieu merci il existe le café !!!! 3 jours à ce rythme et je vous laisse imaginer la tête avec laquelle on rentre chez nous… intoxiqués au café, épuisés, discours incohérent, les mains qui tremblent et les yeux exorbités… Heureusement il est tout de même possible d’alléger ces temps d’examens. En effet rien ne nous oblige à passer toutes les matières sur une seule session. Libre à nous de choisir de passer celles qui semblent prêtes et de travailler les autres pour la session suivante, voire pour l’année suivante. Il y a aussi des matières qui donnent lieu à des devoirs à rendre de chez soi qui dès la deuxième année correspondent à des travaux de recherche (sortes de mini-mémoire).

Comme en présentiel, il y 3 années de Licence, 2 années de Master 1 (certains, mais ils sont rares et courageux, le font en un an) et une année de master 2.  Il y a 3 choix d‘orientations possibles pour le Master de Psychologie : Clinique (orientation psychothérapies), Développement ou Social.  Concernant la sélection en Master, elle est rude en Clinique (sélection pour l’entrée en Master 1 ET pour l’entrée en Master 2), un poil moins en Développement et quasi inexistante en Social. Voilà pour donner une idée : (pour 2011-2012) 1880 élèves en L1, 700 en L3, 230 en M1Clinique (années 1 et 2)  et 29 places en M2 clinique…

Avec ces études c’est donc une vie qui se remplit bien … Le plus difficile c’est de tout assembler, vie professionnelle, étude des cours, stage, souvent une famille, si possible une vie sociale et quelques activités …alors soit on trouve le moyen de doubler le nombre d’heures dans une journée, soit…

????????????????????????????????????????

Bon plus que jamais, j’ai compris l’importance de l’organisation. L’idéal c’est de se fixer des moments dans la semaine pour étudier, toujours les mêmes et de s’y tenir. Chaque étudiant fait en fonction de ses disponibilités et il y a toujours la possibilité d’étudier l’année d’après les matières que l’on n’a pas eu le temps de voir. On y arrive, les journées sont intenses mais on prend le rythme et on parvient même à y intégrer des temps de plaisir, d’activités, sinon on ne tient pas sur la longueur.

Parlons maintenant un peu des stages ! Et oui, quand même, une partie importante du cursus. Il y a 100h obligatoires en 3ème année, 300h en M1 et 500h en M2. Les psychologues qui nous reçoivent lors des recherches de stage sont souvent accueillants et voient généralement le fait que nos études se fassent à distance d’un œil bienveillant (pour mon expérience en tout cas). Certains psys semblent rassurés du fait que l’on ait déjà une expérience professionnelle, des compétences acquises dans le domaine du travail. J’ai remarqué que par rapport à d’autres étudiants, des tâches et des responsabilités plus importantes pouvaient nous être accordées. Pour parvenir à effectuer notre stage en parallèle de notre vie professionnelle, il est fréquent que l’on ne vienne que quelques heures par semaine sur la structure et ce, tout au long d’une année (parfois même sur deux années). Cette présence sur une durée longue et de manière régulière a de nombreux avantages : elle permet de mettre en place des ateliers, des groupes de paroles, de mener des entretiens et de suivre les patients, de voir l’évolution des projets et du public accueilli… De plus vivre cette expérience de stagiaire aussi longtemps sur une structure donne presque l’impression d’y travailler et constitue également un vrai moteur à l’apprentissage théorique qui prend relief au quotidien.

D’autres facteurs jouent également sur l’endurance, comme le soutien. Et la vraie perle de cette formation un peu particulière c’est cette belle solidarité qui existe avec les autres étudiants qui bûchent eux aussi dans leur salon à minuit moins le quart un soir d’été. Les temps de regroupements et d’examens ont d’ailleurs ça de positif, ils permettent aux étudiants de se rencontrer, de se retrouver. Ce qui console d’aller passer ses exams c’est qu’on  retrouve ses copains (Ouiiiiiiiiiiiii) qui souvent s’organisent en colocations à l’hôtel pour réduire un peu les frais.  Ce qui  donne un peu l’impression d’être en colo !!!! (A défaut de vacances…).

e-taalim_ccaAu cours de ces 4 années, j’ ai pu faire des rencontres formidables avec des personnes aux parcours de vie et professionnels variés, parfois atypiques ( professeurs, infirmières, informaticiens, psychomotriciennes, orthophonistes, surveillante de prison pour femmes, maman au foyer, médecin, hôtesse de l’air,  violoncelliste, ingénieurs, des étudiants également en provenance de divers pays : Chine, Espagne, Turquie, Angleterre, …) qui partagent sans hésiter leur expérience et prennent toujours un peu de temps  pour vous aider. Ce sont toujours des échanges riches et j’ai beaucoup d’admiration pour leur volonté et leur courage à tout mener de front afin de réaliser leur envie d’exercer ce métier.  C’est LE moteur de cette formation et c’est dans cet esprit d’entraide que se sont développés de nombreux forums de discussion. Ils sont essentiels quand on étudie à distance et sont un vrai support car les baisses de régime sont fréquentes, tout comme les baisses de moral et d’un point de vue organisation ce réseau d’échange permet de gagner un peu de temps grâce au partage de fiches par exemple.

Voilà ! Un petit aperçu de mon expérience d’étudiante en psycho à distance. Pour ma part c’est une expérience riche, particulièrement au niveau humain. Et si tout va bien … plus que deux ans à trimer comme une acharnée … avant d’écrire sur mon CV « j’ai étudié à l’IED » !

Bon courage à ceux qui se lancent dans l’aventure !

Et grosse pensée pour tous mes camarades iediens !!!

Pour information : plusieurs villes proposent la licence de psychologie à distance (Rennes, Toulouse,…) mais seul Paris 8 poursuit la formation jusqu’au Master 2. »

Encore un grand merci à Mathilde ! N’hésitez pas à lui poser vos questions en commentaires ! 

Advertisements

756 réflexions au sujet de « Témoignage: Mathilde, étudiante à l’IED (ou comment étudier la psycho à distance) »

  1. Bonjour Serghini et Amandine,

    Voilà les cours sont en lignes. Enfin certains, pas tous, mais on déjà de quoi faire. J’espère que cela va bien se passer pour toi Serghini et que tu vas vite rejoindre le club des étudiants motivés 🙂
    Amandine, je dois finaliser mon inscription à Yahoo, renvoyer les infos demandées et je vais m’occuper également de facebook. La priorité est de savoir comment s’organiser au quotidien pour travailler les cours. Pas évident de s’y remettre après toutes cas années mais c’est une question de jours avant de trouver la bonne méthode. On essaie de se retrouver sur yahoo ou FB pour s’entraider dans cette nouvelle aventure;

    Bonne journée

    • Coucou Stéphane!
      Oui super les cours dont en lignes ! Mais j’avoue que pour moi c’est toute une organisation…Ca fait 9ans que je n’ai plus étudié! Si j’ai bien comprus on étudie ces cours, on fait les devoirs qu’ils vont mettre en ligne… Cela pour tous les cours! Et ensuite on passe les examens en juin et septembre?!
      Alala!
      Oui on se retrouve sur fb!

      • Coucou Amandine,
        Voilà je viens d’envoyer les infos pour le groupe Yahoo et j’ai demandé l’ajout sur facebook au groupe L1; Je suis en attente. A un moment il précise qu’il fait envoyer quelques infos par MP mais j’ai pas trouvé où.
        EN tout cas il y a de quoi faire avec les cours, j’ai commencé à regarder et je trouve ça passionnant. Je trouve qu’il y a beaucoup de choses entre les cours, les forums, annexes, articles…c’est très complet. Je sais à quoi va être consacré mon week end. faire le tri et un classement avec tout ça et trouver une bonne organisation (fiches? Notes? Cahier?)Alala je crois que ça me strese plus que les cours en eux même. On se retrouve (j’espère être inscrit) sur FB et Yahoo

        A plus

      • Bonsoir Amandine, je me permets de vous contacter, car j’ai voulu m’inscrire il y a quelques semaines à l’ied de Paris en psychologie afin de suivre le cursus, mais je n’ai plus de nouvelles, et je n’arrive pas à les joindre, et je n’ai toujours pas les cours, alors j’aurais voulu savoir si ce serait possible de m’envoyer les cours que vous avez afin que je ne puisse pas perdre trop de temps en attendant de tout recevoir ?
        Dans l’attente, je vous souhaite une bonne soirée.

  2. Bonjour,
    Pouvez vous me dire si vous avez eu des soucis lors de votre inscription à l’ IED ? Je n’arrive à joindre personne depuis 3 jours ni par téléphone ni par mail pour connaître l’ état de mon dossier et donc je ne peux toujours pas avoir accès aux cours ? J’ai voulu contacter l’ accueil de l’ IED, les gestionnaires mais rien !!!!! Avez vous d’autres coordonnées me permettant d’avoir une réponse ? Merci d’avance

    • Bonjour ! Il est vrai que c’est assez fastidieux de contacter l’IED et d’arriver à avoir quelqu’un au bout du fil ! J’y ai passé des jours aussi, j’ai fini par avoir quelqu’un à l’accueil, en appelant dès l’ouverture, ce matin. (voici le numéro : 01 49 40 72 00) Sinon, tu peux essayer de contacter ton gestionnaire (en fonction de ton nom de famille), ou aussi ces numéros : 01 49 40 72 02 / 01 49 40 72 51. Les dossiers sont visiblement plus longs à traiter pour ceux qui ont fait des transferts d’université et pour les boursiers. Voilà tout ce que je sais ! Bon courage !

    • Bonjour,
      J’ai fait l’expérience plusieurs fois du téléphone ou du mail, sans réponse.
      Je n’ai eu la confirmation de la complétude de mon dossier qu’hier par mail.
      Ils vont te contacter eux par mail…
      Patience. Moi-même, je n’ai toujours pas eu mes codes et je ne sais même pas comment ça se passe.
      A bientôt.

      • Bonjour,
        Pour ceux qui attendent leurs codes et stressent parce qu’ils n’ont « pas accès aux cours », je vous rappelle l’existence du groupe fb L1 IED et du groupe psychocned où vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour débuter votre année (surtout sur fb puisque psychocned exige votre numéro étudiant).
        Voilà voilà
        Bonne rentrée à tous!

      • Bonjour à nouveau,
        Il faut avoir un compte FB alors? Et comment on fait pour le reste?
        Sinon, les codes, etc est-ce que c’est bien expliqué?
        Merci du retour.
        BS.

      • Ce n’est bien sûr pas obligatoire mais ça permet d’échanger avec d’autres à de nombreux points de vue et de se soutenir. 1200 en L1.. pourquoi rester seul ? 🙂 sur le groupe FB de nombreux fichiers explicatifs ont été mis en ligne ainsi que les cours de l’an passé (qui sont pour certains exactement les mêmes cette année, à la virgule près). Certains étudiants profitent aussi du groupe fb pour trouver dautre IEDiens dans leur région.. histoire de former un groupe de travail par exemple.

      • Ok. Super. Je ne sais pas s’il y en a au Maroc.
        Je suis une vieille dame qui réalise un ancien rêve. Hahaha. Je vais essayer de créer un compte FB et après vous m’indiquerez comment aller sur le groupe. J’ai besoin d’orientations.
        En tous cas, merci pour la sollicitude générale.
        BS.

      • hello
        moi j’ai envoyer mon dossier car j’étais en liste d’attente et j’ai eu la confirmation de la complétude de mon dossier le 10 novembre et ont ma dit que j’aurai mes accès a l’ouverture de cette dernière , mais je me demande si les cours n’ont pas dejas commencé ?

      • Bonjour Fadila,
        J’ai reçu les codes en début de semaine et un déplacement professionnel m’a empêché de vérifier tout ça et de regarder.
        Les cours ont demarré le 03 nov. je pense mais ce n’est pas grave.
        Bon courage. A bientôt.
        BS.

      • Bonjour,
        Bienvenue alors en L1 psyccho 🙂
        Oui, les cours ont commencé ce 3 novembre. Pas de panique. Rejoignez notre groupe facebook L1- IED Paris 8 – Psychologie L1 2016 – 2017 PARIS 8 et/ou psychocned sur yahoo (je ne suis pas l’administratrice donc allez directement sur ces groupes 😉 ) et vous aurez déjà pas mal d’infos et quelques cours en attendant de recevoir vos codes:)

  3. Bonsoir, je n’ai toujours pas eu de suite à ma demande de pré-inscription. Etant sur la liste d’attente vers les 600, je commence sincèrement à désespérer… Reçoit-on tout de même un mail d’information dans le cas ou l’inscription n’est pas retenue ?

    • Bonsoir Lola,
      Tu étais 600 ème quand? Moi, au début j’étais à plus de la 900 ème place et ça a baissé, jusqu’à être retenue.
      Est-ce que tu as vérifié tes spams?
      Est-ce que tu as été sur la page de l’IED au niveau de ton numéro de dossier ?
      Essaie si ce n’est déjà fait et tente un appel ou un mail à l’accueil, mais tôt. C’est ce que j’ai lu.
      Bon courage et je croise les doigts.
      BS.

      • Bonsoir, merci pour ta réponse. Oui, je surveille bien mon mail et le site de l’ied et c’est vrai que ça a pas mal avancé depuis. Mais là ça craint… Le problème c’est que je me suis prise un peu tard genre début septembre et je suis actuellement vers la 600 ème place. Et en combien de temps as-tu avancé de 900 places pour finalement être accepté?

      • Au début, j’ai fait ma pre incription vers le 10 ou 11 juillet parce que j’étais en vacances e 08 et c’est le 08 vers 14h00 heure marocaine que j’ai eu la réponse à ma demande d’équivalence.
        Ça a duré tout l’été et au début ça baissait à peine, puis ça a commencé à s’accélérer. Et je suis restée facilement 3 semaines ou plus à la 36 ème place. Et le 19 octobre, j’ai eu le mail de confirmation avec la démarche à suivre.
        Ils donne un délai de 10 jours pour confirmer ou infirmer l’inscription via le règlement des frais et l’envoi du dossier.
        Accroche-toi, tant que tu es dans le pipe, c’est bon signe. Moi, je n’y croyais plus. Ils attendent les retours des uns et des autres.
        Tiens moi au courant et j’espère que ça va se faire très vite.
        A très vite.
        BS.

      • Alors je continue à croiser les doigts pour qu’il y ai des désistements, mais là j’avoue que je n’y crois plus trop. J’écrirai sur le forum en cas de réponse positive ou négative. Merci encore pour les infos !

  4. Bonjour, merci pour ce superbe témoignage. Il me confirme mon envie et désir ardent d’entrée et de commencer ma première année de licence psychologie.
    Je suis en attente à la 2000 place 🙂 ce matin 🙂
    Je croise les doigts des pieds et des mains pour y accéder cette année directement.

  5. Bonjour,
    Le gros problème avec l’IED c’est qu’on arrive pas à contacter l’administration… Ils sont injoignables ! Et si par chance on y arrive on nous envoie gentillement aller pêtre !

    • Bonjour à tous,
      A priori, c’est complet même si c’est parfois un trop-plein d’informations.
      A lire le Guide de l’Etudiant, toutes les informations existent ainsi que le choix des interlocuteurs. Mais c’est assez complexe…
      Il y a la page Fb qui est excellente avec une équipe d’administrateurs très performante.
      Tu devrais y aller.
      Moi par contre, je voudrais avoir accès au groupe Yahoo sur psychocned et je n’y suis pas arrivée.
      Bon courage à tous.
      BS.

  6. Bonjour 🙂 merci pour ce témoignage très intéressant. Après avoir passé quelques années après le bac à faire d’autres choses, et étant motivé pour me lancer en psycho, je suis assez réticente à aller à la fac. Les études à distances me semble être un bon compromis. Seulement j’aimerais savoir comment s’organise ces cours? Est ce des cours vidéos ? Ou seulement des écrits à lire ? Niveau prise de note, trier les informations, je ne sais pas du tout comment imaginer l’organisation ce qui m’inquiète un peu. Peut tu m’expliquer un peut tout cela ? Merci 🙂

    • Bonjour Elaine,
      Je suis en L1 à l’IED. Les cours s’ouvrent début novembre. Ils s’ouvrent petit à petit (là, tout est ouvert) et les examens ont lieu début juin pour la première session et en septembre pour la seconde session. Cette année nous avons 19 matières. 10 sont côtées par devoir et 9 par examen sur table. La charge de travail est assez importante surtout quand on bosse. Suivant les profs, certains cours comprennent des vidéos d’autres uniquement de l’écrit. Tu peux me poser des questons en privé pour plus d’infos si tu le souhaites.

      • Bonjour Horsehints,
        J’espère que tout va bien. J’aurais aimé avoir des précisions sur psychocned. La page fb est très intéressante mais je ne suis pas très douée en réseaux sociaux…
        A bientôt.
        BS.

  7. Bonjour,
    Merci pour ce témoignage
    J’ai arrêté la psycho en 2013 après avoir obtenu mon m1 mais comme partout ailleurs, la sélection à l’entrée de m2 est rude.
    J’ai fais des choses entre temps mais le fait de ne pas avoir mon titre me dérange, et de ce fait j’ai la tentation des cours à distance. De ce fait je voudrais m’inscrire directement en m2. Mais c’est là que je m’interroge car j’ai peur d’avoir déjà les contenus prévus puisque je ne suis pas « novice » et je ne veux pas m’ennuyer/avoir payé pour rien…
    Alors si quelqu’un peut me renseigner un peu !
    Merci !

  8. Bonjour,
    je suis de nantes et du coup j’ai lu dans ton article qu’il existait d’autres ecoles à distance dont Rennes ? Est ce une bonne école? Y en a t il à nantes?

  9. Mes deux préoccupations premières , à la suite du dit « internement » sur la fin de ma période militaire (environ juillet-août 1974), étaient la domination dont j’étais la cible et le thème dit de prévention qui fut évoqué quand mes parents m’ont rejoins à l’hopiyal militaire de Dijon ; Seul, avant que je les appelle, je me réveillais après de longues heures de sommeil non naturelles car provoqué par des piqures, je sentais l’odeur de la soupe se répandre dans mes narines, déjà la moutarde me montait au nez ; J’avais pris l’habite de résumer en quelques mots, pour moi, mon ressentit ; Thématique personnelle, d’ailleurs déjà fort mal interprété lors de mon passage précédent à l’infirmerie de Joigny, proche d’une caserne ) Saint Florentin où j’achevais normalement mon service militaire ; Les militaires n’ont pas d’humour, c’est bien connu, je m’étais permis de plaisanter sur mon signe astrologique, « j’avais évoqué l’avoir écrasé pendant mon sommeil, mais on m’indiqua que ce n’étais qu’une punaise et non un scorpion, bref tout le monde peut se tromper, mon correspondant, me demanda ce que je voyais ; Comme je regardais la télévision, je me permis de faire le commentaire suivant, je dis il y a une télévision à la caserne, une chez moi, et une ici, dans cette infirmerie ; Ce jeu me valu mon départ pour l’hôpital de Dijon, à ce service fermé de psychiatrie de donner le premier tempo sanitaire.
    Après leur course aux commentaires et diagnostics – plus ou moins laborieux – aux dits « séquelles d’épisodes psychotiques aiguës, à la labilité émotionnelle, à l’anxiété, la fatigue, j’étais déjà entré dans une nouvelle séquence, celle du rapprochement à mon domicile, à l’hôpital militaire PERCY de CLAMART et du débat d’idées. Mais la palette semble pour l’instant se concentrer sur une thématique, celle d’une gêne antérieure au service et qui portait sur un délit de relation ou délit sensitif. Une tendance qui en principe profite avant tout à cette théorie qui profite de tout, après n’étais pas forcément en manque d’un défoulement suffisant puisque j’étais à l’armée et qu’on se basait sur une vie normale, pleine et entière Si ce vocabulaire précis et méticuleux qui jouit d’une crédibilité sur le sujet psychiatrique est réel, et où les praticiens s’y sentent à leur aise, personne à ma place ne pouvait y souscrire ; En effet, une plainte fut augurée en justice dès mars 1975, lorsque mon temps fut achevé, on évoqua « psychose chronique «  ainsi « que troubles du comportement », « personnalité pathologique ». « personnalité névrotique sensible » »critique imparfaite d’éléments déréels » « problèmes professionnels et privés »
    Les fonctions réglant ma requête était royal, elles sont celles qui tiennent à la souveraineté d’un État qui jouit d’un arsenal juridique pour s’en défendre, ce qui me fut avancé était très fort, et je l’avoue bien au-delà de mes réalités, pour s’en convaincre, il suffit d’ouvrir un précis de psychiatrie et lire, que ces évocations sont réservées à de vraies maladies psychiatriques, Dans sa définition la plus répandue, il regroupe, les fonctions essentielles manquantes à mon cas d’espèce, donc il fut plaidé abus d’une part sur place de ces militaires sur place en caserne,propos fallucieux, allusions en nombre puis hospitalisation tout aussi abusive quand aux termes, on les rendit non imputables au service militaire , voire de justice,,,Au sens large, le champ d’application recouvre aussi des questions comme la souveraineté budgétaire du juge des tutelles qui évidemment n’indemnisera pas, les taux handicap était si faibles qu’ils n’existaient pas mais le pouvoir de faire appel était sans fin
    « Toutes les études le montrent, l’économie du droit du tribunal d’instance de NANTERRE et du tribunal de grande Instance de VERSAILLES sont les deux priorités de cette trajectoire des pensions, on évoqua le conseil d’État mais je n’avais pas de quoi payer un avocat titulaire loin devant tout le reste pour annuler la procédure. Aborder un autre sujet pendant la dite procédure était donc imposible, hors de portée des juridictions simple, on m’opposa un arêt préfectoral, c’est dire que la mécanique juridique était mieux rodé que les allégations, par exemple tout ce qui serait sociétal, n’aurait que très peu d’impact auprès du Juge qui aurait préféré avoir affaire à un vrai militaire, vraiment handicapé » ; Néanmoins, d’après son études , il admis que les attendus était surinterpréter mais sans plus
    Des programmes trop similaires via l’État qui débouta ma demande
    Problème, mes idées, ma contestations n’apportait pas la preuve que j’étais malade, ça je le savais et ne cherchait pas à le dire, bien au contraire, mes propositions sont quasiment similaires à l’idée de réceptionner des erreurs successives : je souhaitais la suppression de ces jugements mais sans le conseil d’état, il y avait incompatibilité du tribunal, etc. A chaque fois, la différence, si il y en a une, se fait sur ces petites nuances dans les faits. Difficile donc pour moi, en particulier me se démarquer sur cette thématique.
     L’État continue d’afficher un discours strict sur la psychiatrie, mais où est donc passé le débat d’idées?
    Il ne faut pas oublier que tous les plaignants sont du même camp et ont donc la même sensibilité libérale , explique l’État – Mais il est vrai que je n’avais penser que poursuive mon programme d’étudiant c’était beaucoup plus clivant, notamment entre les lignes d(études supérieures et l’armée, je le rappelle haut et fort,,
    Seul le champ du militaire permet du coup de sortir du lot. L’État y est dans son élément., tandis que sur les questions d’abus, ces mêmes personnes interrogées font largement plus confiance aux vocabulaire juridique
    Le « piège » tendu par quelques uns
    Qui a donc tout intérêt à insister sur ce terrain. J’ai été globalement déçus , je dois donc rester sur le terrain au risque qu’on me renvoie mon bilan à la figure ;
    Axer le débat sur ces questions personnelles permet à l’État, aux tribunaux en outre de garder la main : on m’a fait tomber dans un piège. Les sujets de société ne sont pas une priorité, et le point fort est que je ne souffre pas ; Du coup, je n’ai plus de marge de manœuvre. C’est l’État qui maîtrise le débat et son tempo , Une impuissance qui me pousse à signaler l’ adversité a être dans l’attaque ou la réaction, comme je le déplore « la nullité du débat » ou mes immanquables attaques frontales ; Le dernier avocat, me demande de rien dire, il écrira « il faut être gentil avec M Marcel MANDELKORN qui a servi la France »
    Peu de place pour les outsiders
    Selon L’État la fermeté des propositions d’ordre psy et les réactions que cela provoque transforment mes idées en duel entre ma requête et ce qui est écrit trente ans après « Avec des positions médicales si offensives, j’aurais souhaité galvanisé le tribunal mais je ne peux que l’exaspérer . Du coup, il risque de transformer la requête en une question simple dans l’esprit du jry, du débat contradictoire : ‘Pour ou contre les soins’ et c’est les praticiens actuels qui pourraient jouer ce rôle d’alternative , mais si refuse en évoquant qu’il ne s’agit que du concept médical, même si elle s’avère être de masse et grossier
    Du coup, difficile pour moi d’être identifiable, apôtre de la « trajectoire et de l’épiphénomène décomplexée, j’affiche des positions aussi dures que ce que j’ai vécu
    Je peinent à afficher les mêmes positionnement au milieu du duel Etat-MANDELKORN.
    Pour l’instant, la stratégie de l’État fonctionne. En quelques semaines le Conseil d’État aurait pu grappillé ; Mais faute de quoi,il n’y aura pas de retournements de situation , il n’y aura plus rien à exclure , « Beaucoup de choses aurait du arriver d’ici là, notamment dans mon actualité, mes idées par exemple, pouvaient vite changer la donne , Sans compter les soucis propres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s