Continuer ou arrêter ses études de psycho ? (niveau, motivation, avenir)


indecisionEn cette fin d’année universitaire, chacun reçoit ses résultats aux partiels. Soulagement ? Déception ? Certains peuvent se poser la question de poursuivre ou d’arrêter leur étude et de choisir une autre voie pour la rentrée prochaine. Petites pistes de réflexion pour prendre sa décision concernant les études de psychologie.

(Bien évidemment, les points qui suivent n’ont pas de valeur définitive, on peut très bien avoir des points qui nous correspondent dans la 1ère et dans la 2ème partie. Il s’agit juste de peut-être faire le point sur sa situation, de voir où l’on se situe et d’échanger sur sa situation avec d’autres étudiants dans les commentaires.)

Il vaut mieux continuer vos études de psychologie si

  • Vous êtes conscient des difficultés pour intégrer un master 2 et de l’insertion professionnelle redoutable pour devenir psychologue mais vous êtes toujours motivé à continuer vos études !
  • La psycho n’est pas un choix par défaut à la sortie du Bac, vous avez un véritable intérêt pour les sciences humaines.
  • Vous obtenez des notes satisfaisantes en général et de bonnes notes dans la spécialité que vous visez pour le master.
  • Les stages que vous avez pu effectuer vous ont éclairé sur la réalité du terrain et vous donne envie de renouveler l’expérience.
  • Vous bénéficiez du soutien de votre entourage pour poursuivre vos études et vous vous sentez bien intégré au sein de votre promotion.

Il vaut mieux arrêter vos études de psycho si …

  • Vous avez choisi de faire des études de psycho par défaut, pour faire plaisir à un membre de votre famille ou pour suivre un ami(e) qui allait dans cette voie.
  • Lorsque vous devez aller en cours, vous ressentez une certaine lassitude et une perte d’intérêt. Vous n’arrivez pas à suivre les cours.
  • Cela ne s’arrange pas quand vous êtes en stage. Là-bas également vous vous ennuyez et la perception du métier de psychologue vous déprime.
  • Malgré tous vos efforts, à chaque semestre vous ne parvenez pas à obtenir la moyenne et vous passez de justesse grâce aux rattrapages. Ce que vous révisez ne vous intéresse pas.
  • Vous vous sentez mal intégré auprès des autres étudiants et mal à l’aise dans l’environnement universitaire. Pour vous, la fac c’est la jungle, vous vous sentez perdu.

Avant de vous décider, quelques alternatives

  • Si vous vous reconnaissez dans la catégorie de ceux qui devraient arrêter leur étude de psycho, demandez-vous si le problème ne vient pas de votre fac ! Les facs de psycho en France sont très différentes les unes des autres. Personnellement, j’ai du changer de fac à la fin de ma première année sentant bien que cette université ne m’apporterait pas les enseignements que j’attendais. Un transfert vers une autre fac n’est pas simple, mais ça peut vraiment valoir le coup !
  • Si vous décidez de changer complètement d’orientation, ne prenez pas cela pour un échec. Vous avez fait du mieux que vous pouviez et il s’agit seulement d’une erreur d’orientation, ça ne remet pas en cause vos capacités. Prendre du temps pour savoir ce que l’on veut faire dans sa vie, ça peut aussi servir à ça de faire (par erreur) des études de psycho !

Si vous êtes dans l’un ou l’autre des cas, vous pouvez partager votre expérience dans les commentaires !

Publicités

21 réflexions au sujet de « Continuer ou arrêter ses études de psycho ? (niveau, motivation, avenir) »

  1. Je ne suis pas trop d’accord avec « Vous vous sentez mal intégré auprès des autres étudiants et mal à l’aise dans l’environnement universitaire. Pour vous, la fac c’est la jungle, vous vous sentez perdu. ». On peut être mal adapté au système universitaire, et pourtant avoir toutes les qualités pour être un bon psychologue. Surtout au niveau de la licence, ou les apprentissages sont purement théoriques et les effectifs très nombreux.

    • Je suis d’accord avec toi Annette 🙂 . Mais il ne s’agit pas de savoir si vous êtes fait pour ETRE psychologue mais pour FAIRE des études de psycho. Et de mon expérience, les personnes qui n’arrivent pas du tout à cerner les attentes de la fac auront de grosses difficultés en master. Cela ne remet pas en cause leur qualité ou compétence de psychologue.

      • Mais alors, si on veut être psy et qu’on n’arrive pas à faire les études, on a quelles options, Etudepsychologie ?

      • Justement, on peut changer de fac si on se sent mal intégré dans la sienne, ce dont je parle en bas de l’article ou bien il y a des cours par correspondance ou encore des Ecoles comme psychoprat ! 🙂

  2. Hmm…je veux étudier la psychologie depuis que je suis en 1ère, maintenant que j’y suis ; j’ai déjà redoubler ma première année (même si réussie la deuxième fois), mes notes sont assez inégales mais suffisantes, l’aspect scientifique de la discipline me cause des difficultés (venant d’une filière littéraire) mais ma famille me soutiens et me maintien que je suis faites pour ce métier et je ne me sens vraiment pas spécialement « intégrée » dans ma fac mais je m’y sens bien pour étudier…qu’est-ce que je dois en conclure ? 🙂
    PS : je dois avouer que l’entrée en master m’angoisse beaucoup…

    • Tant que la motivation est là, c’est le principal… Surtout si tes résultats sont suffisants. Redoubler une fois, ça arrive, ça n’est pas forcément une entrave pour l’entrée en master, d’autant plus si tu montres une bonne motivation derrière, un projet cohérent, etc…

      • Disons que l’on m’a fait peur avec le fait qu’ils regardent les dossiers et qu’un redoublement est vu d’un mauvais oeil et comme il y a une sélection très rigoureuse (30 places pour le master clinique) on privilégie les parcours sans fautes…Mais tu as raison la motivation est là ce n’est pas impossible.

      • Tu as encore un ou deux ans (selon si tu entres en L3 ou L2) pour avoir les meilleures notes possibles, surtout en clinique, mais j’ai lu que tu as déjà eu 17 en première année, félicitations ! Tu peux aussi essayer de trouver un stage (ou plusieurs, si tu as le droit), d’entrer en maximum en contact avec des personnes sur le terrain… Si tu sais que les notes ne seront pas ton point fort, tu peux faire d’autre chose ton point fort, pour compenser, je pense.

  3. Personnellement pour me préparer à la sélection du M2, je me dis que seul 30 d’entre nous seront sélectionnés à la fin. C’est dur mais réaliste. J’ai eu 12 en L1 car les enseignements étaient très vastes, ne concernaient pas trop la psychologie et j’ai surtout beaucoup de problèmes d’inhibition pour travailler efficacement, je ne me sentais pas vraiment dedans. Mais j’ai réussi à avoir 15 cette année en L2 avec des 17 dans les matières les plus importantes pour ma future spécialité. Et je vise le 16 pour l’année prochaine pour valider ma licence (je pense pouvoir y arriver car je n’ai pas atteint mon maximum d’efficacité en terme de révisions). Je veux aller en M2 clinique comme beaucoup de monde et il n’y a que 30 places et nous sommes encore 600. J’ai également fait un stage non obligatoire cette année et compte tout faire pour décrocher des stages dans des institutions réputées.
    Voilà comment je commence à me préparer à cette sélection, je commence à viser le plus haut possible dès maintenant. Après je ne sais pas si je suis nie réaliste ou si j’adopte la mauvaise façon de penser…

    • Ton parcours me rassure, je souhaites me diriger vers la psychologie clinique aussi (ayant eu 17 en première année) et tout simplement j’adore ! Je pense que le fait que tu vises le plus haut possible montre ta motivation, c’est une très bonne façon de penser pour arriver à ses fins. 🙂

  4. Pas mal l’article, cependant, il ne faut pas exagérer et dire que faire un transfert de fac est difficile. Pour ma part, j’ai changé de fac entre la L1 et la L2 sans aucun souci 😉 J’entre maintenant en M1 dans la même fac, tout content 😉

  5. Bonjour, je suis vraiment inquiètes pour les années à venir… J’ai réussi à passer en L3 mais mes notes sont mitigé j’hésite entre 2 spécialités qui sont psychologie du handicap et prévention chez l’enfant et psychologie clinique et psychopathologie, sachant qu’à l’un j’ai eu 14 et l’autre 13 au dernier semestre… Comment peut-on savoir pour quelle spécialité on est fait ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

    • Les notes ne sont pas forcément représentatives…les stages permettront de voir ou tu te sens le plus à l’aise je pense et ce qui te fascine le plus.

    • Si tu as la possibilité de faire des stages d’observation, ou simplement de visiter des services et/ou discuter avec des professionnels dans ces domaines, ça pourrait peut-être t’éclairer ?
      L’un comme l’autre te donnerait, je pense, le titre de psychologue, à toi de voir auprès de quel public tu veux te spécialiser. Tu dois sûrement avoir accès aux brochures de master de ton université, d’ailleurs, tu peux sûrement voir quels cours te donnent plus envie, et pourquoi pas contacter les enseignants pour en discuter avec eux ?

  6. J’ajouterais juste pour ceux qui veulent se réorienter que la ou les années de psychologie effectuées ne sont jamais perdues. On peut souvent demander des équivalences dans d’autres cursus, même si parfois ça n’a rien à voir a priori (souvent sur les matières secondaires, type langues vivantes, méthodologie, etc).
    Et j’ai l’impression aussi que la réorientation apporte beaucoup en termes de recul par rapport au système scolaire, de ce qu’il peut apporter ou non, de ce à quoi il sert.

  7. A part l’integration au sein de ma promo qui est assez moyenne, tout le reste me conforte dans l’idée que je saurais continuer et pour moi la fac c’est pas la jungle mais un environnement qui me convient parfaitement, mieux que le lycée.
    Ma fac : Lille 3

  8. je suis en master 1 clinique depuis déjà deux ans, je n’ai pas réussi à écrire mon mémoire, et je ne sais pas si j’y arriverai, la recherche ce n’est pas pour moi. j’ai 13,75 à l’année pour l’instant. je n’ai aucune idée de l’orientation que je préfère ni avec quel public je veux travailler, j’hésite entre psychopatho et vieillissement…. mon intérêt pour la psycho est venu au départ par l’envie de faire de la danse-thérapie ou en tout cas de me former aux approches psychocorporelles. Maintenant je suis en pleine période de doutes, je n’arrive plus à trouver un sens à ce que je fais, j’ai l’impression de ne plus rien y comprendre…quand à l’intégration dans la promo vu que je n’avais plus de cours cette année je me sens vachement seule et sans soutien…. continuer ou pas?…c’est ma grande question.
    est ce qu’il existe des sortes de « coachs » qui peuvent aider à avancer?

    • Si tu cherches une éventuelle réorientation, la psychomotricité à l’air d’être un domaine qui pourrait te correspondre. Bien sûr je ne te connais pas mais si tu as été attirée par la psychologie pour une approche psychocorporelle… Je sors tout juste d’un stage non obligatoire avec un psychométricien en Ehpad avec des personnes âgées atteintes de différentes démences et pathologies mentales. Leur travail est basé sur le mouvement et le corps mais à la différence des kinés, il y a une vraie dimension relationnelle et thérapeutique. Ils n’aident pas seulement à garder de bon mouvements mais aussi à maintenir un contact tactile, relationnel et à ressentir son propre corps. En dehors de la consultation individuelle il y a aussi les groupes thérapeutiques avec toute forme d’expression corporelle : la danse, l’expression par le théâtre… très proche de l’art thérapie qui a l’air de t’intéresser.

  9. Salut !

    Je suis belge, et je viens de finir ma deuxième année sans soucis, même avec distinction. Le souci c’est que j’ai perdu ma motivation. Le métier de psy en lui-même, je ne pense pas que j’y serai à ma place. Les études m’intéressent par contre, mais seulement certains cours parce qu’aux autres, je m’ennuie royalement.. En clinique etc j’ai de très bonnes notes, et j’aime bien les cours de ce domaine mais je ne me vois vraiment pas en train d’écouter quelqu’un dans un cabinet. Du coup, j’hésite à arreter après la 3ème et à faire les lettres en France. Mais je me demande aussi s’il n’est pas possible que je continue et que je puisse etre psy mais dans la recherche ou quelque chose qui s’en rapproche ? J’avoue ne pas encore bien percevoir toutes les finalités qui s’offrent à moi. Qu’est-ce que je dois conclure de tout ça ?

    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s