Comment se (re)motiver pour le second semestre ? (Après les notes, spécial M1 …)

blog_26_examUne de mes lectrices m’a suggéré une proposition de thème d’article : La démotivation/motivation pour le second semestre. 

Suite aux résultats du premier semestre …

En effet, la plupart d’entre vous ont eu leurs résultats du premier semestre. Deux cas de figures: 

1. Vous avez eu de mauvaises notes, vous êtes démotivés. 

2. Vous avez eu de bonnes notes, vous avez tendance alors à vous reposer sur vos acquis ! 

(Oui, il existe le 3) Vous avez eu de bonnes notes et ça vous motive davantage, mais là n’est pas le sujet de l’article!)

Dans le premier cas, il faut reconsidérer ce que sont de mauvaises notes. Si vous avez (comme moi) une tendance au perfectionnisme, une moyenne de 12/13 pourra vous sembler plus que moyenne… Pourtant, rien n’est perdu, loin de là ! Essayer de relativiser, surtout si vous n’êtes pas en dessous de la moyenne, tout est rattrapable ! 

Pour ceux qui sont en dessous de la moyenne, je n’ai pas besoin de vous dire qu’il va falloir travailler 2 fois plus, ou plutôt changer vos méthodes de travail ! (Pour ça, j’ai écrit pas mal d’articles sur l’organisation universitaire). Demandez de l’aide autour de vous, essayez de travailler à plusieurs si cela vous motive ! 

 Quelques éléments pour se remettre (ou non) en question …

– Evaluer sur une semaine le nombre d’heures où vous travaillez vos cours. La ‘règle’ normalement est la suivante: pour un cours de 2h, cela vous demande chez vous 3h de travail perso. Personnellement, j’essayais d’avoir le même temps de cours et de travail perso. 

– Est-ce que ce que je fais m’intéresse vraiment? Des mauvais résultats associés à beaucoup d’heures de travail peuvent refléter votre manque d’intérêt pour la psycho. Ce n’est pas grave, tout le monde peut changer d’avis ! 

– Est-ce que ma vie personnelle n’a pas eu une influence sur mes résultats ? 

Motivation pour les Master 1 …

Pour les étudiants en Master 1, je sais que la période actuelle est une des plus dures ! Tenez le coup, la fin d’année est proche !

Personnellement, l’année dernière, cette époque de l’année a été la plus difficile pour moi. J’avais l’impression d’avoir tout donné pour les examens de décembre/janvier, pour au final n’avoir que 12 de moyenne pour le 1er semestre.

Aussi, les nouvelles matières du second semestre ne m’intéressait pas et les choses se compliquaient à mon stage … La démotivation et l’envie d’abandonner étaient présentes tous les jours ! 

Petit à petit, la motivation est revenue, je me suis dit que je n’avais pas fait 4 ans d’études pour rien !  J’ai arrêté de consulter les forums où les personnes cherchaient des alternatives au master 2, j’ai arrêté d’écouter les discours plombant des autres étudiants démotivés et je me suis remise à bosser ! Finalement, mon second semestre a été un succès et vous connaissez la suite ! 

Loin de moi l’envie de me vanter, je veux simplement vous montrer qu’un premier semestre ‘moyen’ associé à une démotivation de début de second semestre n’est pas une fin en soi ! Beaucoup de personnes passent en Master 2 car ils ont tenu la pression et le stress jusqu’au bout ! 

En vous souhaitant plein de courage, de motivation et de réussite ! 

Si vous aussi vous voulez partager votre expérience ou votre stress, c’est possible dans les commentaires ou sur Facebook. 

Clémence

 Illustration issue du site pehune.wordpress.com
Publicités

Que deviennent les étudiants en psychologie ?

amphitheatre-universiteL’article suivant vous apportera des chiffres concernant les passages en Master 2, selon les différentes années et universités ! On ne se démoralise pas à leur lecture, on reste réaliste surtout ! 

Tout d’abord, ci-dessous un tableau récapitulatif sur plusieurs années des tendances générales des effectifs d’étudiants en psychologie tout au long du cursus.

  Licences Master 1 Master 2 Total
1996-1997 41975 10750 3278 56003
2004-2005 48932 11824 4425 65181
2008-2009 36050 10482 4366 50898
2009-2010 36980 10765 5217 52962
2010-2011 39625 9398 4447 53470

On observe donc une évolution qui tend à se poursuivre dans les années à venir. La chute de 2008-2009 étant en partie la conséquence des divers mouvements étudiants (grève…) de ces années.

En ce qui concerne la diminution  du nombre d’étudiants en Master 2, elle est indépendante des données du Master 1. En effet le nombre de places en Master 2 étant déjà fixé à l’avance par les universités.

Notons quand même qu’en 2010, environ la moitié des étudiants inscrits en Master 1 n’ont pas eu de places en Master 2 ! Prudence donc (comme je vous le répète au fil de mes articles) dans vos choix et projets universitaires et professionnels ! Soyez conscients de la réalité !

Pour ceux qui sont intéressé par des licences professionnelles, voici le nom des facs concernées : Air, Bordeaux, Dijon, Poitiers, Nantes, Paris (le nombre de places n’excédant pas 170 places)

Voici un tableau qui répertorie sur l’année 2010/2011, la probabilité d’accueil d’un étudiant en Master 1 de passer en Master 2, selon les universités.

 

Master 1

Master 2

M1/M2

Licence

L/M1

 

Dijon

167

126

1.32

844

5.05

Nice

213

152

1.4

870

4.10

Nancy

145

93

1.56

902

6.02

Besançon

121

64

1.89

569

4.70

Amiens

216

107

2.01

880

4.07

Lille

428

201

2.13

2471

5,77

Paris 13

820

419

1,95

4104

5.00

Toulouse

751

266

2.82

2627

3.49

Rennes

496

160

3.1

1595

3.21

Rouen

175

49

3.57

1034

5.9

Lyon

1078

297

3.63

3011

3.79

Montpellier

421

113

3,72

1724

4.09

Aix

223

258

0.86

1686

7.56

Paris 5

345

410

0.84

2239

6.48

Paris 8

208

371

0.56

720

3.4

–          Bonne probabilité d’accueil du M1 au M2 : plus proche de 1.83

–          Faible probabilité d’accueil du M1 au M2 : plus proche de 3.72

Conclusion du tableau :

–          Pour le passage en M2 : les universités avec de bonne probabilité d’accueil sont davantage des universités de taille modeste ou moyenne. A l’inverse, les mauvaises probabilités d’accueil sont plutôt présentes dans les grandes universités. Des exceptions existent toutefois, comme Paris V.

–          En licence : les universités les plus petites ont tendance à être plus sévère dans leur sélection, à l’inverse des grandes facs, plus tolérantes en Licence (sauf Paris 13)

En résumé, vous pouvez essayer de tenter de postuler dans des universités en Master 2  qui offrent la meilleure probabilité d’accéder au M2, et cela en vous y inscrivant dès le Master 1. Mais aussi, cet article montre en chiffres, la difficulté réelle qu’ont les étudiants à terminer leur cursus. Beaucoup trop d’étudiants se retrouvent démunis à la fin du M1 n’ayant trouvé aucune université d’accueil pour leur M2.

Référence : Fédérer : le Bulletin des Psychologues et de la Psychologie (Jan -2013 ; numéro 67)

Panorama des Master 2 de Psychologie en France

Voici un document datant de 2010 qui répertorie tous les master 2 de psychologie en France, avec le nombre de places des masters, les dates approximatives de candidature et les enseignants responsables des masters ! 

Voici le document en question = AEPU_Panorama_des_Masters_2_de_Psychologie_2010[1]

PrécisionsDes changements ont pu avoir lieu depuis 2010, à vous de vous informer sur les sites des universités concernées ! 

A bientôt et bon dimanche ! 

Clémence

L’année de Master 2 de psychologie !

C’est l’objectif de la majorité des étudiants en psychologie pendant quatre ans, accéder à l’année de master 2 ! On travaille dur pour cela surtout en troisième année et en master 1, on a beaucoup d’attentes et d’espoir ! Qu’en est-il dans la réalité ? 

  • Devenir un professionnel 

Lorsque vous entrez en master 2, les objectifs de vos cours changent le plus souvent. Généralement, les profs vont chercher à vous professionnaliser ! On vous demande alors de raisonner en tant que futur psychologue et non plus en tant qu’étudiant. 

Une part très importante est accordée à votre stage. Attention à la recherche de stage à privilégier dès le M1. Une année de master 2 sans stage est vraiment compliquée. Selon les facs, vous aurez des périodes consacrées aux cours et des périodes consacrées au stage ou bien les cours et le stage seront mélangés. 

Si vous êtes nouveau dans votre fac, renseignez-vous bien sur les différentes modalités pour valider votre M2 (nombre d’heures de stage à effectuer, nombre d’absences autorisées, matières où il faut absolument la moyenne…). 

Cette année de M2, je vous conseille afin de compléter votre formation universitaire d’assister à le plus de conférences-colloques-formations possibles ! N’oubliez pas que ça sera la dernière année où vous bénéficierez du tarif étudiant !

  • Les doutes

Ce n’est pas parce qu’on est en master 2, que tout devient facile ! Des doutes peuvent apparaître quant à nos capacités à exercer notre futur métier. 

On peut également être déçu du contenu des cours proposés en master 2 qui reste encore en partie assez théorique, selon les filières et les universités. 

C’est le moment de travailler sur soi et de tout faire pour être le mieux former à la fin de votre année ! Lisez, écoutez les professionnels et pratiquez le plus possible !

  • La cohésion et l’entraide d’une promo

Finis les amphis de 300 élèves ! Bonjour la petite promo de 15 étudiants ! Cela change beaucoup de choses, et changent les rapports entre les étudiants.

C’est très agréable de finir ses études avec un esprit de groupe et de soutien. Fini la compétition du master 1. 

  • La recherche d’un futur emploi

L’angoisse de l’étudiant de master 2 est de ne pas trouver de travail à la suite de ses études ! Je pense qu’il faut vraiment essayez d’élargir son réseau professionnel, refaire son C.V et pratiquer le plus sur son lieu de stage pour avoir une expérience à proposer à un futur employeur ! 

Egalement, il peut être intéressant de regarder les secteurs (EHPAD, enfants souffrant d’autisme …) où il y a de la demande, mais aussi de viser les zones géographiques en pénurie de psychologue (oui, ça existe!). 

Il est aussi important d’être face à la réalité. Au début, vous commencerez sûrement avec seulement quelques heures (mal payées!) ou bien même en tant que bénévole ! Mettez votre fierté de côté, l’important est de pratiquer et de vous faire des premières expériences ! 

  • Je recherche …

Etant moi-même étudiante en master 2, pleine de doute et d’espoir quant à mon avenir professionnel, je recherche des professionnels ou des étudiants fraîchement diplômés pour me faire part de leur expérience de recherche d’emploi (ou me proposer un futur poste, qui sait !?).  

A bientôt, 

Clémence

Comment garder sa motivation lors de ses études ?

Sur ce site, à de nombreuses reprises, je vous ai fait part de la sélection pour l’entrée au Master 2. Vous êtes donc avertis que les études de psychologie ne sont pas faciles et sélectives ! Malgré cela, vous êtes motivés et voulez devenir psychologue.

Lors de votre cursus, il se peut que vous soyez démotivés, voire que vous souhaitez abandonner. Cette démotivation survient le plus souvent durant l’année de Master 1. Cette phase est normale et même parfois nécessaire. Alors, comment retrouver sa motivation? Voici quelques idées et questionnements à ce sujet. 

  • Les signes de la démotivation

Vous êtes fatigué, vous vous sentez frustré ou coupable, vous vous ennuyez, vous trouvez des excuses pour ne plus aller en cours et travailler. Aussi, vous avez des difficultés à vous concentrer ou à apprendre, vous accumulez les échecs. Si vous vous reconnaissez dans plusieurs de ces situations, vous subissez peut être une démotivation! (J’attire aussi votre attention sur le fait que ces signes sont parfois aussi liés à des symptômes dépressifs, tout dépend de leur intensité ! ) 

  • Pourquoi suis-je démotivé ? 

Qu’est-ce qui a changé ? Essayez de visualiser une période où vous étiez motivé pour voir ce qui a pu changé. Est-ce la compétition entre étudiants qui vous déçoit ? Vous avez l’impression que les cours sont inutiles ou trop difficiles? En commençant vos études de psycho, vous aviez surement des attentes, et finalement la réalité est différente: l’acceptez-vous ou est-ce trop loin de vos espérances? C’est le moment de vous poser les bonnes questions ! 

  • Quoi faire pour retrouver sa motivation ? 

– Vous souvenir pourquoi, à la base, vous avez entamer des études de psycho ? Quels étaient vos objectifs ? 

– Demandez de l’aide à vos proches! Le soutien de vos amis/famille est juste essentiel ! 

Récompensez-vous ! Vous avez un texte à étudier qui ne vous motive pas, promettez vous une petite récompense à la fin de votre travail ! Personnellement, le chocolat a souvent été une récompense privilégiée… 

– Faire un break ! Si vous vous sentez surmené, faites une pause, profitez en vraiment ! Parfois, on a juste besoin de se préserver pour mieux redémarrer ! 

  • Savoir gérer son temps 

La démotivation, surtout en master 1, est souvent du à un manque d’organisation qui aboutit à un manque de temps et à une sensation de surmenage. J’ai personnellement vécu cette sensation de surmenage, où chaque chose à faire me semblait plus importante que l’autre et où je commençais une tâche sans la finir … L’important est donc de gérer son temps. Établissez votre propre gestion du temps en y incorporant les temps de travail, d’obligations (familiale, ménagère, administrative…) et aussi de loisirs ! En effet, ne vous fixez pas des objectifs inatteignables. Vous aurez besoin aussi de repos et de détente ! Si vous repoussez toujours les choses au lendemain, vous pouvez lire l’article sur la procrastination ! 

  • Voir le verre à moitié plein ! 

Si une situation vous semble désagréable, essayez de transformez votre point de vue. Tentez de vous décentrer et voyez le côté positif des choses ! Par exemple, voici quelques  »solutions » à des causes de démotivation : 

  1.  » J’ai trop de travail  » => Établissez des priorités et résolvez vos tâches une par une. 
  2.  » Je me sens seul/isolé  » => Proposez à d’autres étudiants de travailler en groupe ! 
  3.  » J’ai un exposé à faire et ça me stresse  » => Concentrez-vous sur l’objectif de l’exposé (faire passer un message, avoir une bonne note…)
  4.  » J’ai eu de mauvaises notes  » => Cherchez à comprendre pourquoi, demandez conseils aux étudiants/profs.
  5.  » Je ne comprends rien aux cours  » => Demandez de l’aide à d’autres étudiants ou cherchez des infos dans des livres sur ce thème.

Ce qui vous démotivent … 

La fac … Son administration, son organisation, le manque de considération de certains profs envers les étudiants.

Les cours/examens … La période de stress des révisions, les premières années de licence qui peuvent lasser à cause des cours trop théoriques.

Les autres … Penser à la sélection du M2 et au quota d’étudiants acceptés, se comparer sans cesse aux autres. 

Ce  qui vous motive !

Les autres … Pouvoir changer les mentalités de votre entourage à propos de la maladie mentale, le soutien de votre famille et de vos amis, rendre fière vos proches, avoir un bon groupe d’amis à la fac et être solidaire entre vous ! 

Vous… Etre fière de soi, croire en ses capacités, vous fixer des objectifs et vous récompenser en cas de réussite 

Le métier … Faire des stages pour combler la lassitude des cours théoriques, participer à des conférences et échanger avec des professionnels et avoir un véritable projet professionnel ! 

Comment rédiger son mémoire ? Exemple de plan.

Ce n’est qu’un exemple de présentation ! Evidemment, si votre prof vous donne  une présentation à suivre différente de celle-ci, n’en tenez pas compte !!

  • Sommaire 

La fonction de Word pour faire votre sommaire nommer « table des matières » est vraiment un indispensable ! 

  • Remerciements 

Il est de bon goût de remercier toutes les personnes ayant contribué à votre mémoire ! 

  • Introduction

– Présentez brièvement l’objet et l’intérêt de la recherche afin d’attirer l’attention du lecteur sur des points essentiels de votre mémoire. 

  • Cadre théorique 

– Présentez sous forme de revue de la littérature les éléments conceptuels qui permettent de situer votre domaine de recherche. Concrètement, lisez plusieurs articles scientifiques pour comprendre comment rédiger cette partie. 

– Organisez la description des éléments de théorie et résultats déjà établis sur la question qui concerne spécifiquement votre thématique. Notez les acquis et les manques. 

  • Problématique, hypothèses et plan d’expérience

– Formulez la ou les questions que vous vous posez, suite à la lecture des articles scientifiques, en les problématisant. Mentionnez votre ou vos attentes générales.

– Concluez cette problématique par une présentation du ou des facteurs expérimentaux (ou variables indépendantes ainsi que leurs modalités) et de leurs modes d’influence que vous souhaitez étudier. 

– Rendez compte de vos variables dépendantes (VD) afin qu’elles soient compréhensibles, même si la méthode n’est pas encore présentée! 

– Donnez vos hypothèses opérationnelles en indiquant le sens des résultats attendus.

  • Méthode

– Participants : le nombre, âge, genre, niveau d’étude, autres caractéristiques utiles à la recherche + le lieu d’expérimentation. 

– Matériel : les tests utilisés par exemple (mettre toujours l’étude qui a validé le test). 

– Procédure : description des conditions de l’observation et/ou du recueil des données, du déroulement de l’expérience. Indiquez si une procédure a été mise en place pour contrôler au mieux les facteurs secondaires. 

  • Résultats

– Réalisez vos calculs (statistiques): présentez le logiciel utilisé très brièvement. Présentez vos résultats, sous forme de tableaux, graphiques si possible. 

  • Discussion

– Présentez un bilan résumé des résultats et des hypothèses confirmées

– Donnez une interprétation aux résultats observés en les confrontant à ceux des recherches antérieures, reportez vous à la théorie. 

– Autocritique: prendre de la distance avec votre recherche: n’ayez pas peur de préciser « les erreurs » de votre recherche. Soyez honnête, proposez des améliorations ! 

  • Conclusion 

– Faites un bref résumé et proposez une ouverture, d’autres idées de recherche … 

  • Bibliographie et les annexes 

N’oubliez pas un indispensable, la bibliographie avec les normes APA, classez les références par ordre alphabétique. 

Les annexes peuvent comprendre les tableaux, les calculs stats, des Mind Map explicatives ..

Source: « Réussir son 1er cycle en psycho » d’Annie Piolat

 Pour lire d’autres articles concernant les études de psychologie, je vous renvoie à la liste des articles ici, aussi n’hésitez pas à consulter les conseils personnalisés que je propose.

Que faire quand on n’a pas été admis en M2 ?

Vous venez d’être refusé dans toutes les facs où vous avez postuler. Psychologiquement, c’est très difficile, entourez-vous des bonnes personnes : C’est le moment de vous poser les bonnes questions, de ne pas déprimer et de chercher la meilleure solution pour vous ! 

  • Quelques questions à se poser au préalable …
  1. Pourquoi n’ai-je pas été accepté ? A cause des notes? Du manque d’expérience? Ou tout simplement, du concours? Votre refus peut être du tout simplement au fait, que cette année, il y avait vraiment de bons étudiants. Cela ne veut pas dire que vous êtes nul, mais que cette année le niveau de votre fac était très élevé. Essayez d’être franc avec vous-même pour comprendre la raison de votre refus. 
  2. Qu’est-ce que j’ai VRAIMENT envie de faire maintenant ? Vous pouvez retenter votre chance mais aussi changer d’orientation. Vous avez le droit à l’erreur, si finalement la psychologie ne vous plait pas (on s’en rend compte souvent en Master1), ne vous obstinez pas. 
  3. Comment me motiver ? Après l’annonce des refus, ne laissez pas passer trop de temps, essayez de vous intéresser le plus vite possible dans les solutions qui s’offrent à vous. 

  • Vous voulez retenter votre chance l’année prochaine.

Voici quelques points qui peuvent être intéressants afin de maximiser vos chances: 

1. Contactez vos profs pour connaitre la raison de votre refus => ainsi vous pourrez vous améliorez sur ces points et en faire part dans votre lettre de motivation pour l’année prochaine. 

2. Faire des stages => vous serez actif, vous montrerez au jury que vous en voulez et que ce métier vous intéresse! Pour les conventions de stage, renseignez-vous dans votre fac, auprès de vos profs sur la façon de procéder. 

3. Faire un D.U => vous continuerez à avoir des cours, vous ne perdrez pas le rythme, c’est souvent apprécié par le jury. Pour voir la liste des D.U en Francehttps://etudepsychologie.com/2012/09/09/liste-des-diplomes-universitaires-d-u/

4. Travailler => si vous avez du temps, travailler pour gagner de l’argent. Mettre de l’argent de côté peut être utile pour rentrer dans vos frais concernant l’investissement financier que demandent les frais de dossier, si vous voulez partir à l’étranger, si vous devez payer votre D.U … 

5. Assister à des formations, des conférences, des colloques de psychologie => N’oubliez pas de demander à chaque fois une attestation de présence à mettre dans vos dossiers de candidature ! 

6. Vous investir dans une association, si possible en rapport avec votre cursus. Ça sera toujours un plus à mettre dans votre C.V et cela vous permettra d’avoir des contacts et de vous sentir utile.

7. Postuler dans toutes les facs que vous pouvez, et soignez vos dossiers de candidature => Montrez que cette année a été enrichissante pour vous et que vous avez su mettre votre temps au profit de votre future profession! Dans votre lettre de motivation, vous pouvez énumérer tout ce que vous avez fait en rapport avec la psycho !

8. Essayez de rester en contact avec vos profs, ne vous faites pas oublier. Profitez de cette année pour constituer votre réseau professionnel ! 

  • Partir à l’étranger.

Pour les étudiants français non admis en Master 2 en France, renseignez-vous sur les possibilités de départ à l’étranger. Vous pouvez tenter votre chance en Belgique, au Québec … Les démarches administratives seront lourdes mais les enseignements de ces universités sont souvent d’une grande qualité. 

  • La fac de psycho, vous ne voulez plus en entendre parler. 

Voici une liste des métiers où vous pouvez tenter le concours d’entrée où avec votre licence de psychologie, vous aurez plus de chances d’être acceptée. Cependant, renseignez-vous sur les concours et préparez-les à l’avance (surtout les oraux!).

  1. Psychomotricien (Il est possible d’accéder directement en deuxième année sous réserve d’être titulaire d’une licence ou maîtrise en psychologie, mais apparemment vous devrez repasser les examens de la première année, à vérifier! ).
  2. Infirmier
  3. Éducateur spécialisé (enfant/ados ou jeunes enfants). 
  4. Orthophoniste (Le concours est apparemment difficile)
  5. Ergothérapeute
  6. Moniteur-éducateur
  7. ….

Pour chaque école, renseignez-vous si vous pouvez obtenir quelques VAE, vous validerez ainsi déjà quelques matières.  Ne connaissant pas spécifiquement les formations de ces métiers, je vous mets ce lien pour obtenir plus d’informations: http://www.metiersdelasante.com/index.htm

  • Découragé ?

Si vous êtes complètement démotivé et que vous ne savez plus quoi faire, essayez de prendre rendez-vous dans un CIO, de parler de vos difficultés autour de vous. Ne restez pas seul avec ce problème. Aussi, dites vous que même si finalement vous ne serez pas psychologue, vous aurez appris des choses pendant ces 3 ou 4 années, peut être sur vous-même d’ailleurs. On peut aussi penser que ce refus d’accès au Master 2 est un mal pour un bien, il vous réservera peut être de belles surprises et un avenir différent (peut être meilleur!). Si vous voulez retentez votre chance, que vous y croyez, que c’est ça et rien d’autre, alors foncez ! 

  • En commentaire …

Cet article ne présente que quelques solutions, si vous avez vécu cette situation, que vous avez d’autres solutions ou tout simplement que vous voulez partager votre expérience, laissez un commentaire ! 

A bientôt et à tous ceux qui sont dans cette situation, je vous envoie tout le courage qu’il est possible d’envoyer !!

Pour lire d’autres articles concernant les études de psychologie, je vous renvoie à la liste des articles ici, aussi n’hésitez pas à consulter les conseils personnalisés que je propose.